Fire-Emblem-Games

Forum sur la série Fire Emblem
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fanfiction : Les ailes du chaos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Fanfiction : Les ailes du chaos   Mar 26 Avr - 22:48

Pour les nostalgiques, je vais reposter petit à petit tous les chapitres écrits jusque-là. Je n'ai pas encore eu le temps ni le courage de retoucher les 25 premiers chapitres donc soyez indulgents.:D Les derniers chapitres sont beaucoup mieux écrits. ^^

LES AILES DU CHAOS

Chapitre 1 :
La lettre

    Levé aux aurores comme à son habitude, le jeune sage se rendit d'un pas tranquille vers la bibliothèque, seul hâvre de paix au sein de cet immense château.
   Cela faisait déjà deux ans que la guerre qui les avait opposé lui et les mercenaires au tyrannique roi Ashnard avait eu lieu. Le royaume de Criméa en lui-même avait mis longtemps à se reconstruire, mais le résultat était là. Grâce à l'aide de Gallia et de Begnion, Criméa avait retrouvé peu à peu sa splendeur d'antan. De surcroît, il était dirigé par une reine juste, courageuse et pleine de sagesse, dont le doux nom répondait à celui d'Elincia.
   Voici à présent deux ans qu'elle régnait sur Criméa avec l'aide de Ike et qu'elle avait nommé Soren premier ministre. Bien sûr, son choix n'avait pas été anodin. Soren avait toujours été un stratège talentueux, prêt à faire face à n'importe quelle situation. D'ailleurs celui-ci n'avait pas vraiment changé si ce n'est qu'il avait dû gagner deux ou trois bons centimètres. Cela ne le surprenait pas outre mesure puisqu'il était un Marqué. Ce n'était donc guère étonnant s'il ne vieillissait pas à la même vitesse que les Beorcs. En termes d'allure, là aussi aucun changement vraiment notoire. Le sage portait toujours des vêtements de couleur noire, couleur qui collait bien à son caractère selon lui.
    Le jeune homme arpenta encore une longue série de couloirs aux teintes chaudes, passant ainsi devant différentes peintures de scènes historiques accrochées aux murs. Il ne s'arrêta pas même un instant pour les contempler, faute de temps et d'envie. Poussant finalement la porte d'acajou devant laquelle il venait d'arriver, il pénétra dans l'un de ces lieux préférés : la bibliothèque. Celle-ci, en plus d'être immense, était tapissée d'argent. Des centaines de bibliothèques disposées toutes parallèles les unes aux autres regorgeaient de livres en tout genre, anciens comme récents. Plusieurs tables accompagnées de chaises étaient également visibles au centre de la pièce et n'attendaient plus que les futurs lecteurs, débutants comme érudits.
    Le sage se dirigea d'un pas mécanique vers la rangée où plusieurs livres assez complexes traitant de magie étaient disposés et commença à lire brièvement les reliures tantôt neuves tantôt usées.
    Soren aimait beaucoup étudier, apprendre de nouvelles choses. Il espérait ainsi pouvoir s'améliorer. Mais ce n'était là qu'une pauvre excuse... En réalité, il s'agissait du seul moyen qu'il avait trouvé pour pouvoir se changer les idées. En effet, quoi de mieux qu'un bon livre bien compliqué pour oublier tous les tracas de la vie ?
    Soupirant quelque peu, il s'empara d'un tome au hasard et alla s'installer à l'une des tables, songeur. Depuis quelques temps déjà, il ne cessait de se poser des questions le concernant. Après tout, il était un Marqué. Alors avait-il vraiment le droit de vivre parmi les Beorcs ? Certes, Ike était son ami et lui avait d'ailleurs assuré que sa place était parmi eux, mais il commençait à en douter sérieusement.
" Finalement, peut-être que Stefan avait raison, songea-t-il. Enfin, c'est un peu tard pour le réaliser j'imagine.
   Alors même qu'il était plongé dans des pensées pour le moins profondes, il ne vit pas la personne entrer et se positionner juste devant lui.
- Eh bien, jeune stratège, encore plongé dans des pensées moroses ? ironisa la voix.
   Si le jeune homme fut surpris, il n'en laissa rien paraître et daigna aussitôt lever les yeux vers son interlocuteur, croisant ainsi le regard moqueur de Shinon.
   L'archer d'élite non plus n'avait pas réellement changé. Il avait d'ailleurs gardé sa mordante ironie.
- Chassez le naturel, il revient au galop, pensa le stratège.
   Refermant son livre dans un bruit mat, Soren répondit d'une voix dure et ferme :
- Va droit au but. Qu'est-ce que tu veux ?
- Que d'agressivité dans ta voix, jeune stratège.
- Arrête un peu de jouer ce jeu là avec moi Shinon et réponds plutôt à ma question.
- Notre charmante reine demande à te voir afin de régler quelques petites affaires. Enfin, d'après ce que j'ai cru comprendre.
   Le sage lui adressa un regard suspicieux.
- Depuis quand quelqu'un comme toi joue les messagers ?
- Ne va pas croire que je fais ça par pur hasard. Disons que, pour une fois, j'avais un peu de temps à perdre. Et puis, être archer d'élite au service de la reine paie plutôt bien.
- Je me doutais bien que tu ne faisais pas ça par pure générosité. Ce mot-là ne doit pas figurer dans ton vocabulaire.
   Shinon parut vouloir répliquer, mais n'en fit rien. Soren lui décocha un sourire narquois avant de s'apprêter à quitter la bibliothèque.
- Tu oublies quelque chose, jeune stratège, lui fit remarquer l'archer, une enveloppe à la main.
- Qu'est-ce que c'est ? s'enquit-il en fronçant les sourcils.
- Qu'est-ce que j'en sais ? C'était sur la table et ça t'est adressé on dirait. Aurais-tu des admiratrices secrètes ? le nargua l'homme à la queue de cheval.
- Très drôle Shinon, vraiment.
   Sans plus de cérémonie, le stratège s'empara de la lettre sans même la lire et quitta la salle sans plus attendre. L'archer haussa les épaules avant de quitter la salle à son tour, n'ayant plus rien à faire dans les parages.
   Alors qu'il parcourait les couloirs du palais de nouveau, le sage jeta un regard sur l'objet mystérieux. C'était là tout ce qu'il y avait de plus banal, une simple enveloppe blanche au dos de laquelle figurait son nom. C'était bien la première fois qu'on lui envoyait du courrier. D'ailleurs, il se demandait encore comment elle avait bien pu ainsi atterrir sur la table qu'il occupait. Après tout, lorsqu''il s'y était installé, elle n'y était pas. Serait-ce Shinon qui désirait lui faire une mauvaise blague ? Il chassa rapidement cette idée de son esprit. L'archer d'élite, aussi horripilant soit-il, n'était pas vraiment du genre à faire des plaisanteries aussi stupides.
   Tout pris dans ses pensées qu'il était, il percuta Ike de plein fouet.
- Ah, désolé Ike. Je ne regardais pas où j'allais.
- Ce n'est rien, lui assura son ami en recouvrant correctement son équilibre.
   Ike avait beaucoup grandi et ses cheveux bleux avaient quelque peu poussé. Il était d'ailleurs devenu beaucoup plus mature, plus calme aussi. En revanche, la force qui émanait de lui s'était beaucoup accentuée au long de ces deux années. Il fallait aussi avouer que le jeune homme ne cessait de s'entraîner à l'épee, ayant secrétement dans l'idée de pouvoir un jour prétendre égaler son père pour qu'il soit fier de lui. Soren d'ailleurs n'en doutait pas, le père de Ike devait déjà être vraiment fier de son fils.
- Tu es encore aller étudier à la bibliothèque je parie ? fit Ike, sourire aux lèvres.
- En effet, admit le stratège. J'aimerais faire en sorte que ma magie gagne davantage en puissance. Et puis, un peu de lecture ne fait pas de mal.
- C'est vrai. Au fait, quelle est cette lettre que tu tiens en main ?
- Ah, tu parles de ça ? déclara Soren en montrant l'enveloppe.
   Ike hocha positivement la tête en attente d'une réponse.
- Je dois t'avouer que je n'en ai aucune idée. Je ne l'ai pas encore ouverte.
- Tu devrais, conseilla son ami. Ça pourrait être important.
- Tu dois avoir raison, admit-il en décachetant l'enveloppe.
   Il sortit un papier légèrement froissé de celle-ci. Il l'examina un instant sous tous les angles avant la lire soigneusement. Un air surpris parut légèrement sur ses traits, rapidement effacé pour de nouveau laisser place à l'indifférence.
  Toutefois, l'expression étonnée de son ami n'avait pas échappé au jeune épéiste qui s'empressa de lui demander ce qu'il en était. Pour seule réponse, Soren lui tendit la lettre qu'il parcourut des yeux. Ike parut aussi surpris que le sage en lisant son contenu.
La colombe prend son envol.
C'est le début d'une nouvelle aube.
Prends garde jeune homme.
Le danger rôde.
- C'est plutôt étrange tu ne trouves pas ? demanda Soren, plus sérieux que jamais.
- Je dois avouer que je ne comprends pas vraiment. Qui a écrit ça ?
- C'est une bonne question, mais je compte bien le découvrir, assura le stratège en récupérant la lettre. Je vais devoir te laisser Ike, la reine Elincia m'attend.


Dernière édition par Sheezune le Jeu 28 Avr - 1:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Tyrano

avatar

Fe préféré ? : Fire Emblem 7
Messages : 113
Age : 24

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 28 Avr - 0:17

Super, j'adore ! Je vais enfin retrouver une superbe lecture !! MERCIII !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fire-emblem-rpg.forumactif.org
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 28 Avr - 1:39

Mais de rien Tyrano. :) Une trentaine de chapitres ont été écrits jusque-là donc il va y avoir de la lecture. Marth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
floemblem

avatar

Messages : 115
Age : 92

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Ven 29 Avr - 11:48

Waow. Je me souviens tellement de ta fan fiction... Trouver une fanfic' aussi bien écrite en française à l'époque, c'était un pur bonheur - en plus d'être une pure pépite -.
Je me souviens que j'avais été jusqu’à me créer un compte sur JV.com pour commenter le récit... Et à l'imprimer pour le lire dans mon lit. :$ :$

A l'occasion je me ferai une petite relecture tiens ! Peut-être cela m'aidera-t-il à apprécier enfin Astrid. :#
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.firemblemcfe-forum.com/#
Other M

avatar

Fe préféré ? : Genealogy of the Holy War
Messages : 20
Age : 63

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Ven 29 Avr - 17:16

Je l'ai moi-même énormément appréciée quelques années auparavant, et je la relirai à l'occasion, avec plaisir, dès qu'il y aura un peu plus de chapitres ici c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Sam 30 Avr - 23:12

floemblem ---> C'est vrai que je l'avais aussi postée sur JV.com, elle doit toujours y être d'ailleurs, mais ne t'en fais pas je reposterai vite tous les chapitres écrits jusqu'ici. :) A l'époque j'étais déjà maniaque en termes d'orthographe, de grammaire et de conjugaison, même si quelques petites fautes doivent encore trainer ici et là. Je relirai tout ça en détails à l'occasion. :D Enfin ça me fait super plaisir de savoir que tu l'as même imprimée à l'époque ! Enjoy Et mon style a encore mûri, donc si j'envisage de la terminer j'espère que l'écriture sera bien meilleure encore, je ferai tout pour.

Other M ---> Contente de voir que tu l'as aussi appréciée. J'espère que tu reprendras plaisir à la redécouvrir alors. :)


Dernière édition par Sheezune le Sam 30 Avr - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Sam 30 Avr - 23:14

Chapitre 2 : Recrutement

Le jeune homme quitta donc rapidement le château pour partir à la recherche des gens qui l'accompagneraient lors de cette mission. Il avait déjà une bonne idée en tête concernant la composition de son groupe, restait à voir s'ils seraient tous disponibles. Après maintes hésitations, il décida finalement de se rendre en premier lieu chez Tormod. Soren avait d'ailleurs entendu dire que ce dernier avait décidé d'aider d'apprentis mages à se perfectionner. En apprenant cela, Soren avait été quelque peu surpris, mais il devait tout de même avouer que Tormod était vraiment doué. Tout pris dans ses pensées qu'il était, il percuta quelqu'un de plein fouet.

" Décidément, songea-t-il en se relevant.
- Hé bien... Il est rare de te voir aussi songeur, nota Stefan d'un air amusé.
- Ah Stefan... Qu'est-ce que tu fais ici ?

Stefan n'avait pas non plus réellement changé. Il avait juste gagné quelques centimètres et avait laissé pousser un peu ses cheveux.

- Je me promenais simplement en toute quiétude jusqu'à que tu me heurtes de plein fouet, répondit le bretteur.
- Bon je te laisse, j'ai encore plein de choses à faire.
- Hé attends ! Où est-ce que tu comptais aller comme ça ?
- En quoi ce que je fais te concerne-t-il ? rétorqua le mage, agacé.
- De mauvaise humeur j'ai l'impression. La reine Elincia t'aurait-elle confié une mission de la plus haute importance ?

Même si Soren fut surpris devant la perspicacité du bretteur il n'en montra rien comme à son habitude. Il n'aimait pas vraiment être en compagnie de Stefan, ça le mettait parfois mal à l'aise. Savoir qu'il était lui aussi un Marqué le dérangeait et il redoutait également, même s'il ne l'avouerait jamais, qu'il le pousse de nouveau à venir avec lui rejoindre les autres Marqués. Stefan parut cependant remarquer son léger trouble, mais n'en fit aucunement la remarque, attendant patiemment la réponse du mage.

- Et même si c'était le cas ? interrogea Soren.
- Hé bien si c'était réellement le cas j'aimerais pouvoir me joindre à toi tout naturellement, déclara le bretteur, un léger sourire aux lèvres.

Soren réfléchit longuement, pesant en silence le pour et le contre. D'une part, voyager en compagnie de Stefan ne l'enchantait pas vraiment, mais d'autre part le bretteur était un excellent élément. Sa maîtrise de l'épée était infaillible et il pouvait s'avérer sûrement d'une précieuse aide. Soupirant profondément, il reprit tranquillement la parole, maussade.

- Entendu. Sois prêt demain à l'aube. Nous nous retrouverons devant le château.
- Bien. J'imagine que le voyage risque d'être assez long ? le questionna-t-il.
- En effet, approuva Soren. Prévois quelques provisions et quelques armes en plus.

Le bretteur acquiesça tout simplement avant de prendre congé. Soren le regarda un moment s'éloigner avant de reprendre la route qui le mènerait chez Tormod. Au bout d'une vingtaine de minutes environ, il parvint devant une petite bâtisse toute simple aux innombrables pierres grises. Il l'observa un instant avant d'aller toquer contre le battant de la porte, attendant que l'occupant vienne lui ouvrir. Celui-ci ne se fit pas attendre et la porte s'ouvrit en grinçant légèrement, révélant ainsi Tormod aux yeux de Soren. Le jeune homme bien qu'il n'ait pas vraiment changé, dépassait à présent Soren de quelques bons centimètres.

- Ben ça alors, Soren ! Qui aurait cru que j'aurais la visite du premier ministre en personne ? s'exclama Tormod, sourire aux lèvres.
- Tu es occupé ? J'ai à te parler, déclara Soren, impassible.
- Décidément tu ne changes vraiment pas, nota le jeune homme, dépité. Tu pourrais au moins faire semblant d'être heureux de me revoir, non ?
- Je n'ai pas le temps pour plaisanter. Es-tu libre oui ou non ?
- Mais bien sûr que je suis libre ! Libre comme l'air ! répondit-il. Alors dis-moi, qu'est-ce qui t'amène ici ?
- J'aimerais savoir si tu pourrais m'accompagner lors d'une mission qui débutera dès demain très tôt.
- Une mission ? Quel genre ?
- Je t'expliquerais tout en détail lors du départ. Réponds c'est tout, s'impatienta Soren.

Tormod songea un moment à refuser, histoire de voir la tête du mage, mais il renonça finalement. Soren le prendrait sûrement mal et puis il aurait tout le loisir de l'embêter un peu durant le voyage.

- C'est d'accord, tu peux compter sur moi ! assura-t-il en souriant.
- Bien. Rendez-vous devant le palais alors, conclut Soren en s'éloignant.
- Hé ! Tu ne veux pas rentrer boire un verre avec ton vieux pote au moins ? s'écria Tormod.

Soren l'ignora complètement et reprit la route, cette fois-ci à la recherche de Nephenie. D'après les dernières informations que le mage détenait, la jeune femme avait élu domicile en pleine campagne. Soren aurait bien voulu savoir la raison de son choix, mais après tout elle faisait ce qu'elle voulait. Peut-être souhaitait-elle demeurer un peu à l'écart des combats durant un moment. Le mage secoua vivement la tête, ce n'était vraiment, mais alors vraiment pas le moment de se poser ce genre de questions parfaitement futiles. Il marchait donc d'un bon pas, s'éloignant progressivement de la ville lorsqu'il tomba nez à nez par le plus grand des hasards, avec la dernière personne qu'il aurait voulu voir : Shinon.

- Décidément, on ne cesse de se croiser en ce moment, ironisa l'archer d'élite.
- Tu n'as rien d'autres à faire que de lambiner ? grogna Soren.
- Insinuerais-tu que je baille aux corneilles ?
- Tu insinues bien, ironisa le mage.
- Et toi alors jeune stratège, que fais-tu si loin du château ? Tu n'as pas peur de te faire attaquer ? rétorqua narquoisement Shinon.
- Ne t'en fais pas pour moi, si c'était le cas je saurais très bien me défendre seul.
- Heureux de l'apprendre.
- Bon, ce n'est pas que tu me déranges, mais contrairement à toi je suis en plein travail, alors si tu pouvais t'écarter de mon passage ça m'arrangerait.
- Certainement " Votre honneur ", cependant je dois vous informer de quelque chose de très important, lâcha Shinon, moqueur.
- Dépêche-toi un peu ! Je n'ai pas que ça à faire !
- Hé bien jeune stratège, j'ai l'immense honneur de t'apprendre que nous allons devoir voyager ensemble.

Soren demeura un moment figé, incrédule. L'archer était en train de se payer sa tête, n'est-ce pas ?

- J'espère que tu plaisantes ?
- Bien au contraire. Ça ne m'enchante pas non plus, mais " Sa Majesté la Reine " m'a bien fait comprendre qu'il était de mon devoir, en tant qu'archer d'élite, de t'accompagner.
- Génial, songea intérieurement le stratège. Enfin au moins ses talents d'archer ne sont plus à prouver. Il pourra toujours s'avérer utile.
- Tu ne dis plus rien jeune stratège ? Aurais-tu perdu ta langue ? ironisa-t-il.
- Non, je me demandais simplement si tu étais toujours aussi compétent qu'avant. Il serait dommage qu'un archer dans ton genre se fasse tuer pendant le voyage.
- Ne t'en fais donc pas pour moi. Inquiète-toi plutôt pour toi. Tu as beau être bon en magie, ta défense n'est sûrement pas aussi bonne que la mienne. Il serait vraiment regrettable que " Sa Majesté la Reine " perde son premier ministre comme ça du jour au lendemain.
- Arrêtons ça, cette discussion ne mènera nulle part. Va plutôt te préparer. Nous partons demain à l'aube, sois devant le château à l'heure. N'arrive pas en retard, il serait extrêmement regrettable que nous soyons dans l'obligation de partir sans toi.
- Tant de sollicitude de ta part, ça me va droit au cœur. Je serais au rendez-vous, sois en sûr.

Jetant un dernier regard moqueur en direction de Soren, l'archer d'élite s'éloigna à grandes enjambées. Soren poussa un profond soupir, las, avant de reprendre sa route d'un pas rapide. Il arriva devant la maison de Nephenie au bout d'une bonne demi-heure. Ayant parcouru divers champs et divers chemins sinueux, il était finalement parvenu à destination sans trop de mal. Il toqua hâtivement contre le battant de la porte, espérant au plus profond de lui-même que Nephenie ne soit pas absente. Le mage n'avait vraiment pas envie de devoir partir à sa recherche, déjà il n'en avait pas la moindre envie et de plus il n'en avait guère le temps. Le jeune homme fut finalement soulagé lorsque la porte s'ouvrit en grand, laissant apparaître la jeune femme sur le seuil. Cette dernière avait laissé poussé ses cheveux qui lui retombaient à présent au niveau des fesses. Elle s'était également quelque peu amincie et avait gagné plusieurs centimètres. Elle était en ce moment-même tout simplement vêtue d'une longue robe bleu pâle et paraissait plus jolie que jamais.

- Soren ? s'étonna-t-elle.
- Excuse-moi de te déranger, mais est-ce que tu as une minute à m'accorder ?
- Oh, mais bien sûr. Entre.
- Je ne peux pas rester longtemps. Je te demanderais simplement s'il serait possible que tu te joignes à nous pour une mission de la plus haute importance qui se déroulera demain à l'aube.
- Hé bien, j'avoue que je ne m'attendais pas à reprendre du service si rapidement et...
- C'est oui ou c'est non ? trancha le mage.
- C'est oui évidemment. Je ne peux pas contester une demande du premier ministre, lâcha-t-elle, un léger sourire aux lèvres.
- Bien, rendez-vous demain à l'aube devant le château, conclut Soren en partant.

Nephenie passa une main dans ses cheveux lâchés en regardant le jeune homme s'éloigner. Un sourire légèrement amusé prit naissance sur ses lèvres. Soren n'avait vraiment pas changé.

- Soren ! l'interpela soudain une voix aigue.

Se retournant, le mage manqua de se prendre une tornade de cheveux mauves de plein fouet. Soren n'eût aucun mal à reconnaître Mia. Cette dernière était devenue une belle jeune fille, toujours remplie de choix de vivre. Elle avait laissé pousser ses cheveux qui lui retombaient à présent dans le bas du dos. Mia était également à la recherche d'un nouveau rival à qui se mesurer comme à son habitude.

- Ah ! Je te cherchais partout Soren ! Non, mais t'aurais pu me prévenir au moins que tu sortais, je te croyais encore au château. Comment veux-tu que j'assure ta protection si...
- Je t'arrête tout de suite. Je n'ai pas besoin de protection, d'accord ?
- Mais tu es premier ministre. Des tas de gens sans scrupules vont peut-être chercher à t'assassiner pour prendre ta place tu sais ? lâcha Mia, mi-souriante mi-sérieuse.
- Pourquoi est-ce que tu imagines toujours les pires scénarios ? soupira le stratège.
- Sérieusement, qu'est-ce que tu fais en dehors du château ?
- Je recrute quelques soldats pour m'aider à remplir une mission.
- Une mission ? Et tu ne m'as rien dit ? J'espère que tu as pensé à m'intégrer dans ton groupe quand même ?

Soren songea un moment avant de finalement acquiescer. Après tout, Mia était une très bonne combattante même si elle parlait parfois un peu trop à son goût.

- Tant mieux !
- Comme pour les autres, rendez-vous devant le château à l'aube.
- J'y serais ! Qui sait ? Peut-être trouverai-je mon nouveau rival lors de ce voyage ! s'exclama-t-elle, souriante.

Et sur ces derniers mots elle s'éloigna au plus grand soulagement de Soren. Ce dernier décida ensuite de partir à la recherche de Sothe qui devait certainement traîner dans une des ruelles environnantes, peut-être en train de perfectionner ses talents naturels de voleur. Après tout quelqu'un comme lui dans le groupe serait certainement très utile s'ils avaient besoin d'ouvrir des portes verouillées ou des coffres cadenassés. Le jeune homme en question ne tarda d'ailleurs pas à surgir de la pénombre d'une des rues, esquivant habilement un homme qui lui barrait le passage et se glissant aisément derrière une passante qui n'avait rien à faire là. Il ne tarda pas alors à se retrouver face à face avec le stratège qui le dévisagea. Sothe devait être celui qui avait peut-être le plus changé. Ses traits s’étaient raffermis, ses cheveux avaient poussé et quelques mèches retombaient sur ses yeux. Il était devenu également plus musclé, plus fort, plus grand aussi.

- Sothe, tu tombes bien, lâcha finalement le mage.
- Allons plus loin, je n'ai pas envie d'être repéré après avoir fait mon larcin, ce serait dommage.

Soren obtempéra et ils se retrouvèrent tous deux un peu plus loin. Sothe rangea le pendentif en or qu'il avait en main dans sa poche et se tourna vers le premier ministre, attendant calmement de savoir de quoi il était question.

- J'aurais besoin de tes capacités pour une mission, déclara le mage d'un ton neutre.
- Aucun problème. Pour quand est prévu le départ ?
- Demain matin à l'aube, on se retrouve tous devant le château.
- D'accord. Qui d'autres ?
- Pour l'instant Tormod, Nephenie, Shinon, Mia et Stefan.
- Bien. Compris. Je serais des vôtres.

Sur ces dernières paroles, le voleur regarda à droite à gauche, histoire de voir si personne ne l'épiait avant de disparaître de la vue du stratège.

- Bien, encore quelques recrues et j'aurais terminé mon travail, songea Soren en se dirigeant déjà d'un pas hâtif vers la maison d'Astrid.

Cette dernière était située un peu à l'écart de celle de Nephenie. D'un style assez simple, elle convenait parfaitement à Astrid qui n'en avait à présent que faire de la noblesse. Elle n'avait pas eu de nouvelles de son fiancé depuis deux ans et elle ne s'en portait que mieux. Elle était rentrée depuis peu au service de la reine Elincia et lui était loyale. Au niveau physique elle n'avait pas réellement changé non plus. Soren s'apprêta à toquer contre le battant de la porte lorsque Astrid apparut dans son dos. Faisant mine de ne pas avoir été surpris le moins du monde, le stratège se retourna vers elle, la salua brièvement avant de lui expliquer la raison de sa visite. La jeune femme accepta immédiatement de leur servir de guide à Begnion et le premier ministre put prendre congé.

- Bon, ne reste plus qu'à trouver Mist ou Rhys et ce sera parfait. Il faudra juste penser à faire un tour à Gallia histoire de voir si Lethe ou Mordecai pourrait nous accompagner, songea Soren.

C'est ainsi que le jeune homme reprit la route pour se rendre à l'église, espérant y trouver Rhys. Il eût l'agréable surprise en arrivant sur place, de voir l'évêque en pleine prière. Soren avança doucement dans l'allée centrale en prenant garde de ne pas faire trop de bruit, avant de poser une main sur l'épaule de l'homme qui se retourna, surpris.

- Soren ? s'étonna l'évêque. Que fais-tu dans un tel lieu ? Tu ne viens pas prier j'imagine ?

Rhys était devenu beaucoup moins frêle avec le temps et tombait beaucoup moins souvent malade. Il avait décidé depuis un an déjà de parcourir tout Tellius, priant dès que l'occasion s'offrait à lui. Intérieurement, il espérait que l'ère de paix qui régnait sur tout le continent puisse ne jamais disparaître.

- J'aurais besoin de tes talents de guérisseur pour une mission Rhys. Je te raconterais tout plus tard. J'ai besoin de ta réponse maintenant, que je puisse également aller me préparer.
- Hé bien, j'avoue que tu me prends un peu de court et... Enfin ça ne me pose pas vraiment de grands problèmes mais...
- Bien, dans ce cas c'est réglé. Rendez-vous demain à l'aube devant le château."

Estimant en avoir fini avec ça, Soren quitta l'église et se rendit rapidement au château pour l'informer des noms des soldats qu'il avait recruté. Elincia approuva sans problème ses choix avant de le laisser sans aller. Le mage décida de se rendre chez lui pour se préparer lorsque le contenu de la lettre surgit de nouveau dans sa tête. Qu'est-ce que tout cela voulait bien pouvoir dire ? Le mage l'ignorait, mais il espérait un jour pouvoir découvrir la réponse à ce mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 14:30

Chapitre 3 : Émeline

Les premiers rayons du soleil ne tardèrent pas à faire leur apparition le lendemain très tôt, éclairant le visage pâle du jeune stratège déjà debout. Vérifiant qu'il avait pris un minimum d'affaires, il boucla le tout et jeta un dernier regard à sa chambre, histoire de voir une dernière fois s'il n'avait rien oublié. Rassuré, il prit rapidement la lettre au contenu mystérieux, la fourra dans sa poche tout en se promettant d'y repenser très prochainement, avant d'enfiler une cape sombre et de sortir de chez lui pour partir en direction du château. Quel ne fut pas son étonnement en voyant Stefan déjà présent. Ce dernier, en apercevant le sage, s'empressa de le saluer d'un signe de tête.

" Tu es bien matinal, lâcha Soren d'un ton neutre.
- Tu as bien dis que nous partirions très tôt, non ? rétorqua le bretteur, malicieux.

Soren ne répondit rien et s'adossa à un arbre, les bras croisés, attendant patiemment que le reste du groupe daigne arriver. Stefan l'observa un moment à la dérobée avant de se mettre à astiquer l'une de ces lames à l'aide d'un chiffon propre.

- Quelle est la véritable raison pour laquelle tu m'accompagnes ? lança soudainement le stratège.
- Comment ? s'étonna le bretteur en se tournant vers lui.
- Tu m'as très bien entendu Stefan.
- Hé bien, c'est pourtant simple à deviner, non ? J'avais juste envie de te donner un coup de main. Est-ce un crime ? interrogea son interlocuteur d'un ton badin.
- Ne me prends pas pour un imbécile !
- Hé, ne t'énerve pas Soren, tenta-t-il. Tu sais, j'ai parfaitement compris la première fois que tu me l'as dit : tu ne veux pas rejoindre les Marqués je sais. Tu ne penses tout de même pas que je vais essayer de t'obliger à en faire partie ?

Soren hésita un moment à répondre avant de finalement laisser tomber. Il réglerait tout cela plus tard. Le bretteur l'observa encore un instant avant de reprendre minutieusement son travail. Nephenie accompagnée d'Astrid fit bientôt son apparition. Les deux jeunes gens les saluèrent brièvement alors qu'Astrid laissait gambader son cheval un peu plus loin en attendant le départ. La jeune femme aux cheveux verts, quant à elle, entreprit d'astiquer le tranchant de sa lance pour passer le temps.

- Salut la compagnie ! s'écria une voix aiguë.

Mia ne tarda pas à surgir de l'arbre derrière lequel elle s'était cachée, saluant les personnes déjà présentes d'un immense sourire. Soren soupira profondément devant l'enthousiasme flagrant de son amie, mais ne fit aucun commentaire. Stefan, en revanche, abandonna son travail et se dirigea vers la jeune fille, pointant le tranchant de son épée vers elle, un léger sourire aux lèvres. Mia l'observa, intriguée.

- Un petit duel entre amis, ça te dit ?
- Ma foi... Pourquoi pas ? approuva Mia en lui adressant un clin d’œil.

La jeune fille dégaina rapidement son épée avant de se mettre en garde. Le bretteur eût un léger sourire en la voyant se mettre en position de défense, avant de s'élancer vers elle à toute vitesse. Mia contra un premier coup vertical avant d'en bloquer un deuxième cette fois-ci horizontal. Mais le jeune homme ne s'en arrêta pas là et poursuivit l'assaut, manquant de toucher son adversaire qui parvenait parfois à esquiver seulement d'extrême justesse.

- Tu es plutôt douée, dut admettre Stefan en parant un coup de la lame adverse.
- Tu n'es pas mal non plus. Tu ferais un bon rival, lâcha Mia en se mettant de nouveau en garde.

Et ils repartirent de nouveau tous deux à l'assaut, animés d'une énergie nouvelle. Les autres finirent par abandonner leurs occupations respectives pour pouvoir regarder les deux amis se battre. Tout n'était que contres, parades, offensives. Aucun ne cédait à l'autre et les spectateurs hésitaient à donner leur avis sur le gagnant. La lame de Stefan frôla soudainement la joue gauche de Mia qui eût tôt fait de reculer, le souffle haletant.

- C'est bon, tu as gagné pour cette fois, dut-elle admettre en rangeant l'épée dans son fourreau.
- Tu t'es démenée comme un beau diable, bravo, la congratula le bretteur en rangeant également son arme.
- Joli duel, les complimenta Nephenie.
- Merci ! s'exclama vivement Mia, sourire aux lèvres.
- Oui, Nephenie a raison. Ça ressemblait presque plus à une danse qu'à un duel, ajouta Astrid en taillant la pointe d'une de ses flèches.
- Et toi Soren ? Qu'en as-tu pensé ? interrogea Stefan en se tournant vers le stratège.
- Fais comme tu veux, mais évite de me demander mon avis.
- Parviendrons-nous un jour à le sortir de sa morosité habituelle ? lâcha Stefan, faussement  désespéré.

Amusée, Mia posa une main sur l'épaule du bretteur avant de fixer Soren.

- T'en fais pas va, un jour ou l'autre je parviendrais à le faire rire ou sourire, assura-t-elle.
- Hé ! Les amis ! s'écria une voix au loin.

Tous se retournèrent et aperçurent Tormod qui accourait dans leur direction accompagné d'un chat bleu.

- Hé, mais ne serait-ce pas Ranulf qui accompagne notre jeune mage ? demanda Nephenie à l'adresse d'Astrid.
- J'en ai bien l'impression. Soren ?
- Oui, il s'agit bien de lui. En revanche je m'interroge sur la raison de sa présence ici.

Tormod les rejoignit finalement au bout de quelques minutes avant de porter les mains à ses genoux, haletant. Le chat à ses côtés reprit alors forme humaine et tous purent aisément reconnaître Ranulf. Soren se dégagea de son appui et s'avança vers le Laguz pour pouvoir lui poser quelques questions.

- Je te coupe tout de suite. Je suis ici pour la simple et bonne raison que je reviens d'une mission qui m'avait été confiée par le roi. Ne me demande pas de quoi il s'agissait, c'est confidentiel.
- D'accord, alors je te demanderai simplement ce que tu fais ici, déclara calmement le stratège.
- J'ai croisé Tormod alors que je m'apprêtais à rejoindre Gallia. Il m'a gentiment proposé de me joindre à vous pour une mission de la plus haute importance. Et puis de toute manière vous allez forcément passer voir Lethe ou Mordecai. J'en profiterais pour aller tout expliquer au roi Caineighis qui me permettra sûrement de rester avec vous. Satisfait ?

Soren ne retrouva rien à redire et recouvrit sa morosité habituelle. Tormod alla saluer ses compagnons et adressa un léger signe de tête au premier ministre en guise de salut. Shinon et Sothe ne tardèrent pas à faire leur apparition à leur tour une vingtaine de minutes plus tard. Soren adressa un sourire narquois à l'archer d'élite qui préféra l'ignorer. Sothe n'adressa pas un seul mot au groupe, se contentant de les saluer brièvement de la tête.

- Alors Soren, vas-tu te décider à nous expliquer le but de cette mission à présent ? interrogea Tormod, mettant ainsi fin au silence qui régnait.
- Attendons d'abord Rhys, je vous expliquerai tout en détail ensuite.
- Si tu ne te sens pas d'attaque je peux très bien leur dire, tu sais ? déclara moqueusement Shinon.
- Je me passerai de ton aide. Et puis ils risquent de ne pas comprendre ta manière d'expliquer, riposta le premier ministre.
- Qu'est-ce que tu insinues encore, jeune stratège ?
- Que tu es un imbécile profond, lâcha le sage.

Astrid et Nephenie échangèrent un regard amusé devant la scène avant de reprendre leurs activités respectives, tout en prenant grand soin de ne pas pouffer de rire. Une demi-heure plus tard, Rhys parvint enfin à leur hauteur. Soren fut un moment tenter de lui demander pourquoi il avait autant de retard, mais il n'en fit rien. Donnant l'ordre aux autres de l'écouter, il commença à expliquer la mission sans oublier le moindre détail. Il y eût des hochements de tête compréhensifs alors que le sage achevait ses explications et prenait déjà la tête de la petite armée.

- Comme l'a si bien dit Ranulf, nous allons faire un détour par Gallia avant de faire route vers le port de Toha et embarquer sur un bateau pour nous rendre à Begnion. Est-ce que ça pose problème à quelqu'un ?

Seul le silence lui répondit. Jugeant celui-ci comme une réponse affirmative, la petite troupe entama enfin la route sous le regard curieux de quelques gens du peuple. Soren les ignora tout simplement comme il en avait l'habitude alors que Stefan, Mia ou Tormod les saluaient d'un léger sourire. Après plusieurs heures de marches, ils parvinrent finalement à l'orée de la forêt qui séparait Criméa et Gallia. Le Laguz se mit alors à la hauteur du stratège avant de s'adresser à celui-ci.

- Je vais vous servir de guide. Je connais beaucoup mieux la forêt que vous tous.

Le premier ministre acquiesça sans problèmes alors que Ranulf prenait momentanément la tête du groupe. Shinon avançait en grommelant contre les branches basses qui venaient sans cesse lui barrer le passage alors que Stefan et Mia discutaient calmement. Tormod, lui, s'amusait à pulvériser les branches qui gênaient, à coup d'éclairs, tout en prenant garde de ne pas y mettre trop de puissance. Il ne voulais pas non plus mettre le feu à toute la forêt. Nephenie se débrouillait déjà mieux que ses camarades et évitaient habilement tous les petits pièges de la nature malgré le poids de son équipement pourtant déjà bien conséquent. Astrid se débrouillait plutôt bien également et sa monture contournait autant que possible les obstacles qui se dressaient devant elle. Rhys marchait d'un pas assez lent, mais progressait tout de même à un bon rythme. Sothe était celui qui devait cependant être le moins gêné de tous car il progressait à une allure étonnante à travers cette immense verdure. Et c'est dans cette ambiance pour le moins chaleureuse que le petit groupe en provenance de Criméa poursuivit sa route. Au bout de très longues heures, ils parvinrent finalement à la sortie au plus grand soulagement de certains d'ailleurs.

- Nous y sommes, les informa le Laguz. Ne reste plus qu'à rejoindre Sa Majesté Caineighis au château.
- Attendez, je crois avoir entendu quelque chose, déclara soudainement Rhys.

Tous se tournèrent vers lui, interrogateurs alors que Ranulf tendait l'oreille pour vérifier les dires du prêtre.

- Soren, je crois bien que quelqu'un est en danger, le bruit provenait de là-bas, l'informa le Laguz en désignant une direction un peu plus au nord-est.
- Nous n'avons pas le temps de partir à la rescousse d'une personne dont on ignore même l'identité, déclara Soren.
- Mais on ne peut pas partir comme ça comme si de rien n'était ! protesta vivement Mia.
- J'avoue que Mia n'a pas vraiment tort, appuya Nephenie.
- Qu'est-ce qu'on fait Soren ? C'est à toi de décider, intervint Sothe.

Le stratège prit un moment pour réfléchir. Il décida finalement de partir à la recherche de cette personne en danger sous la pression de ses compagnons. Stefan posa une main sur son épaule.

- Allons Soren, dis-toi que tu fais une bonne action. Qu'aurais-tu fait si ça j'avais été à la place de cette personne en danger ?
- Je t'aurais laissé te débrouiller, répondit simplement le sage en dégageant la main du bretteur.
- Toujours d'une aussi grande amabilité on dirait.
- Le jeune stratège ne connaît pas ce mot, déclara moqueusement Shinon qui s'était rapproché.
- Ne vas pas t'y mettre toi aussi, lâcha Soren de mauvaise humeur.

Un peu à l'arrière, Astrid, Nephenie et Mia pariaient en silence sur celui qui parviendrait à sortir le dernier mot :

- Ça ne fait aucun doute que Soren parviendra à leur clouer le bec à tous les deux, déclara Mia.
- Pas sûr, Shinon ne lâche pas si facilement l'affaire, tu sais ? rétorqua la jeune femme aux cheveux verts.
- Personnellement, Stefan a aussi ses chances, intervint Astrid.
- Je peux me joindre à vous ? interrogea Tormod qui les écoutait jusque là.
- Bien sûr ! approuvèrent-elles en chœur.

Un peu plus loin encore Sothe et Rhy marchaient côte à côte en silence accompagné de Ranulf.

- C'est une bien joyeuse troupe que nous avons là, nota le Laguz avec amusement.
- Je me demande si elle va bien ? murmura Rhys.
- Tu as dit quelque chose Rhys ? interrogea Sothe en le fixant.
- Ah non, je parlais tout seul...
- Tu t'inquiètes pour cette personne en danger, n'est-ce pas ? insista le voleur.
- Oui, admit finalement le prêtre.
- Nous devrions arriver à temps, le rassura-t-il.
- Je pourrais toujours partir en éclaireur ? proposa Ranulf.
- Excellente idée ! approuva Rhys.
- Je vais en informer Soren.

Sur ces dernières paroles, il passa en tête de groupe et s'adressa brièvement au stratège. Celui-ci approuva rapidement la proposition de Ranulf qui ne tarda pas à se transformer. Une fois sous sa forme de chat bleu, il s'élança à toute vitesse vers le nord-est tout en essayant de capter de nouveau la présence de la personne qu'ils avaient entendu crier. C'est ainsi qu'en passant rapidement au travers d'un buisson, il manqua de tomber nez à nez avec une petite armée de Beorcs armée de haches, d'épées et de lances. Visiblement ils étaient en train de menacer une jeune fille qui ne semblait pas avoir plus de seize ou dix-sept ans. Cette dernière avait de longs cheveux d'or extrêmement pâles et de magnifiques yeux bleus qui semblaient briller tels des saphirs. Elle était simplement vêtue d'une longue robe blanche et portait autour du cou un étrange médaillon dans lequel avait été incrusté un joyau d'une étrange couleur améthyste. Ranulf estima rapidement le nombre d'ennemis et hésita un instant à venir en aide à la jeune fille qui semblait réellement en très mauvaise posture. Les autres arriveraient-ils à temps ? Il en doutait, mais il n'avait pas le choix. Il devait prévenir le reste du groupe, il n'avait aucune chance de victoire face à tous ces soldats armés jusqu'aux dents, même s'il était un Laguz. Il rebroussa donc prudemment chemin en prenant garde de ne faire aucun bruit avant de s'élancer à toute vitesse à la rencontre de ses alliés.

- Voilà Ranulf qui revient, lâcha Stefan en l'apercevant au loin.
- Tu es parvenu à le voir à cette distance ? demanda le sage, sceptique.
- On m'a toujours dit que j'avais une bonne vue, argumenta le bretteur.

Le Laguz reprit sa forme humaine et informa le groupe de la situation. Nos amis furent tous d'accord sur un point. Il allait falloir faire vite, cela ne faisait aucun doute. C'est ainsi que le petit groupe pressa l'allure, parvenant au bout d'une vingtaine de minutes à peine à l'endroit décrit par Ranulf. En revanche l'étrange fille avait disparu et quelques soldats ennemis étaient en train de plier bagages alors que d'autres paraissaient surveiller quelqu'un. En y regardant mieux, notre petit groupe put voir que ce qu'il gardait n'était autre que l'adolescente décrite par le conseiller du roi Cainaighis.

- Bon, voilà la marche à suivre. Mia et Stefan vous allez vous débarrasser des gardes qui utilisent des haches, commença Soren.

Les deux combattants hochèrent positivement la tête. Le mage se tourna vers Astrid et Nephenie.

- Vous deux j'aimerais que vous attaquiez à distance. Nephenie tu n'auras qu'à utiliser ton javelot.
- D'accord, acquiescèrent-elles.
- Sothe, essaie de voir si tu ne peux pas leur voler quelques armes ou autres objets de valeur.
- Bien.
- Rhys, reste en arrière et essaie de soigner à distance avec ton bâton, poursuivit le stratège.
- D'accord, approuva le prêtre.
- Ranulf, j'aimerais que tu te charges d'attaquer les renforts s'il y en a, sinon essaie d'éliminer quelques soldats. Et enfin moi je m'occuperais des gardes qui retiennent la prisonnière, Shinon j'aimerais que tu me couvres avec tes flèches. Et n'essaie pas de me tirer dessus " par accident  ".
- Pourquoi as-tu toujours de telles pensées à mon égard ? L'idée ne m'avait même pas traversé l'esprit, lâcha l'archer d'élite, sarcastique.

Soren ne préféra rien ajouter et le plan mis en place par le stratège put enfin débuter. Stefan et Mia furent les premiers à se mettre à découvert alors qu'Astrid encochait déjà une flèche. Nephenie s'arma de son javelot et visa l'un des gardes qui alla s'écrouler raide mort au sol. Les actions qui suivirent furent extrêmement rapides. En l'espace d'à peine dix minutes, cinq soldats armés de haches s'écroulaient déjà sous la lame de Stefan. Mia, de son côté, parvint à faire quatre victimes. Les flèches d'Astrid mirent à terre cinq ou six épéistes. Nephenie, elle, avait été dans l'obligation de se mettre à découvert, étant à court de javelots elle s'était armée d'une lance d'argent. De son côté, Ranulf décimait ceux qui venaient se mettre en travers de son chemin avec une facilité déconcertante. Sothe se glissa furtivement près des tentes installées par les soldats ennemis et se retrouva nez à nez avec un épéiste avec lequel il entama un combat armé d'un stylet. De son côté, Soren avançait tant bien que mal vers les gardes qui retenaient la prisonnière tout en évitant les javelots qui fusaient dans sa direction. Shinon encocha une énième flèche qui vint se ficher droit dans le cœur d'un soldat armé d'une lance. Le mage, quant à lui, fit usage de magie de vent pour se débarrasser d'un ennemi qui se dirigeait rapidement dans sa direction, épée en avant. Rhys, qui avait fort à faire, soigna hâtivement Mia avant de se diriger vers Sothe pour l'aider à se débarrasser de son opposant. Et le combat continua à battre son plein encore une bonne demi-heure avant une victoire écrasante du groupe en provenance de Criméa. Soren détacha la jeune fille aux cheveux blonds qui recula instinctivement, les deux mains posées sur son pendentif comme pour le protéger.

- Comment t'appelles-tu ? interrogea le sage.

Elle ne répondit rien.

- Attends, laisse moi faire, conseilla Nephenie en écartant un peu le stratège. J'ai l'impression que tu l'effraies plus qu'autre chose.
- J'avoue qu'elle n'a pas vraiment tort, appuya Mia.
- N'en rajoute pas, grogna Soren.
- Alors quel est ton nom jeune demoiselle ?
- Émeline."


Dernière édition par Sheezune le Jeu 19 Mai - 14:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 14:31

Chapitre 4 : Répits

" Émeline... répéta bêtement Nephenie alors que la jeune fille aux cheveux d'or hochait positivement la tête.
- Nephenie, arrête de répéter bêtement son prénom et demande lui pourquoi ces gens l'avaient capturée, conseilla Soren, agacé.
- Ça a peut-être un rapport avec le médaillon qu'elle porte au cou ? proposa Stefan à tout hasard.
- Ah, maintenant que tu en parles... lâcha Astrid en écartant doucement les mains de la jeune fille pour pouvoir mieux observer le bijou. C'est vrai que c'est assez étrange.
- Pfff ! Tout une histoire pour une simple camelote, maugréa l'archer d'élite.

A la surprise de tous, Émeline lança un regard glacial à Shinon avant de reposer les mains sur son médaillon.

- Félicitations Shinon, j'ai l'impression qu'elle va avoir du mal à te faire confiance à présent, nota Mia sur un ton de reproche.
- Et au fait Tormod, où étais-tu lors de la bataille ? interrogea soudainement Rhys. Je ne t'ai pas vu.
- Secret de mage, répondit le garçon avec un léger sourire amusé.

Le prêtre haussa les épaules, ne cherchant pas à en savoir davantage. Ranulf reprit forme humaine et s'approcha de la mystérieuse jeune fille.

- Je me présente, Ranulf, conseiller du Roi Caineghis. Enchanté demoiselle Émeline, mais puis-je savoir ce qu'une jolie Beorc comme vous faisiez aux alentours de cette forêt ?
- Le Roi Caineghis ? lâcha Émeline, incrédule.
- Vous le connaissez ? s'étonna le Laguz.
- Seulement de nom, avoua-t-elle. Je ne l'ai jamais rencontré, mais Sieur Ranulf... Pouvez-vous me mener à lui ?
- Hé bien... hésita l'homme de main du roi des bêtes.

Ce fut à ce moment-là que Soren décida de prendre la parole d'une voix calme :

- Répondez d'abord à notre question. Que faisiez vous ici et pourquoi ces soldats vous ont-ils attaqué ?
- Les gens qui m'accompagnaient ont subitement disparu et je me suis retrouvée seule ici. J'ignore complètement pourquoi ces soldats comme vous dites m'ont attaqué.
- Je ne vous crois pas. Mais passons, quel est ce pendentif que vous portez autour du cou ?
- Ah, vous parlez de ceci ? lâcha-t-elle en lui montrant le médaillon. Je ne sais pas grand chose sur ce bijou si ce n'est qu'il est d'une importance capitale et d'une valeur inestimable. Il se transmet dans ma famille depuis des générations et des générations déjà.
- Je vois... lâcha pensivement le jeune homme.
- Que fait-on Soren ? interrogea soudainement Astrid.

Le sage se tourna vers elle, réfléchit encore un petit moment, avant de finalement répondre :

- Menons-la au roi de Gallia, de toute manière c'est là-bas que nous allions.
- Alors tu ne fais ça que par intérêt ? intervint Stefan, sourire aux lèvres.
- Évidemment.
- Mais quel sans cœur, c'est aberrant... déclara le bretteur, faussement désespéré.
- Arrête de faire l'imbécile et avance, grogna Shinon.
- Émeline ! l'interpela la cavalière. Vous n'avez qu'à monter avec moi, vu que ceux qui m'accompagnent sont tous à pied.
- Je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse, rétorqua vivement l'adolescente.

Astrid eût un léger sourire avant de se saisir du bras d’Émeline et de la hisser sur la selle, derrière elle.

- Allons, allons, ce sera beaucoup mieux comme ça, lui assura la jeune femme aux cheveux bruns.
- Bon, allons-y ! s'exclama Soren en prenant la tête de la petite troupe.

Notre armée assez réduite parvint finalement au bout de trois bonnes heures, aux alentours du palais du roi Caineghis. Émeline ne put s'empêcher de pousser une exclamation admirative devant l'architecture de l'immense bâtiment sous le regard amusé d'Astrid. Ranulf, quant à lui, se hâta de prendre sa forme animale pour se rendre rapidement auprès de Sa Majesté. Soren et les autres ne tardèrent pas à leur tour à atteindre le palais et un soldat de Gallia vint immédiatement à leur rencontre pour les saluer, lorsque Lethe fit soudainement irruption dans leur champ de vision.

- Lethe ! s'exclama Nephenie en l'apercevant.
- Pfff, grommela Shinon. Je déteste cet endroit.

Lethe lui adressa un regard meurtrier avant de porter toute son attention sur Soren. Elle voulut prendre la parole, mais Tormod l'interrompit :

- Aurais-tu des nouvelles de Muarim, Lethe ? J'ai entendu dire qu'il était retourné à Begnion pour de bon, est-ce vrai ?
- Oui, répondit simplement le Laguz.
- J'espère qu'il va bien... murmura le mage, inquiet.

Mia posa une main sur l'épaule du garçon, lui offrant par la même occasion son soutien.

- Nous aimerions voir le roi pour lui présenter cette personne, lâcha Rhys qui jusque là n'avait rien dit, en désignant Émeline.
- Qui est-ce ? interrogea Lethe en observant l'adolescente aux cheveux d'or.
- Elle s'appelle Émeline, nous n'en savons pas plus, répondit Astrid.

Le Laguz toisa un moment du regard l'étrangère avant de se décider à reprendre la parole :

- Le roi n'aura...
- Sa Majesté a décidé de vous recevoir, lâcha Ranulf en lançant un regard amusé à Lethe. Je lui ai raconté tout ce que je savais, il vous offre son hospitalité pour le reste de la journée et pour la nuit. Dès demain matin, je ferai route avec vous.
- Excellent ! s'exclama Tormod.
- Au moins je vois que ça réjouit certains d'entre vous, nota Ranulf, mi-moqueur mi-rieur. Bien, suivez-moi. Pour ceux qui voudraient d'ores et déjà se reposer, Lethe se fera une joie de vous conduire à vos suites.

C'est ainsi que notre petite armée se fractionna en deux. D'un côté Nephenie, Astrid, Tormod ainsi que Mia et Shinon suivirent la chatte alors que les autres se mirent à suivre l'homme de main du roi qui les conduisit devant la salle du trône. Caineghis les salua tous d'un léger signe de tête alors que le mage s'approchait. Émeline préféra rester quelque peu en retrait, plutôt impressionnée par l'aura de puissance qui se dégageait du roi des bêtes. Soren et Caineghis discutèrent pendant un moment avant que la discussion ne s'oriente vers la jeune fille aux cheveux d'or. Cette dernière, consciente que l'on parlait d'elle, eût la bonne idée de s'approcher avant d'exécuter une légère révérence. Le roi lui intima rapidement de se redresser avant de s'adresser à elle :

- Alors vous dites que les hommes qui vous accompagnaient ont disparu et que vous vous êtes perdue dans cette forêt, est-ce bien cela ?
- Oui, Votre Majesté.
- Et qu'attendez-vous de moi exactement ?
- Connaissez-vous Imaldris ? le questionna-t-elle.

Inconsciemment, elle incita les autres à l'écouter davantage, curieux de savoir ce qu'était Imaldris.

- Non, avoua Caineghis, mais je vous en prie continuez.
- Imaldris est un continent voisin à Tellius, un des rares à ne pas avoir disparu. Il se situe à quelques centaines de kilomètres de chez vous et abritent différentes espèces. Beorcs et Laguz ont du mal à s'entendre là-bas, mais depuis peu la paix était revenue. Jusqu'à ce qu'un nouveau souverain monte sur le trône et mette le désordre, incitant les Laguz et les Beorc à se haïr de nouveau. Comme vous l'aurez aisément deviné, une guerre ne tarda pas à éclater.
- Et vous voudriez que je vous aide à... ?
- Non, l'interrompit Émeline. Je ne veux pas vous mêler à ce conflit, c'est à nous et à nous seuls d'y remédier, je ne suis pas là en quête de soutien. Je suis là pour vous demander protection.

Ranulf et le roi des bêtes échangèrent un bref regard avant que ce dernier ne pose de nouveau les yeux sur la jeune fille. D'ordinaire il ne refusait pas son aide à quelque personne en danger, mais cette fois-ci... Il avait du mal à la croire sur parole, c'était tout à fait normal d'ailleurs, mais le problème n'était pas vraiment là. Ces temps-ci il était très occupé tout comme ses troupes qui ne cessaient d'effectuer des missions secrètes ou de reconnaissance. La paix avait beau s'être installée sur Tellius, il fallait tout de même demeurer prudent et continuer à surveiller ses propres frontières. Songeur, il passa une main sous son menton sous le regard anxieux de l'adolescente. Rhys posa une main sur l'épaule d’Émeline pour lui insuffler un peu de son soutien. L'adolescente le remercia d'un léger sourire qu'il lui rendit.

- D'ordinaire je n'aurais pas refusé d'apporter mon aide à quiconque, mais nous sommes en ce moment très occupés, malheureusement.
- Pourquoi ne voyagerait-elle pas avec nous ? proposa Stefan d'une voix posée.

Tous les regards divergèrent vers le bretteur, pour la plupart interrogateurs.

- C'est vrai, reprit celui-ci. Comme ça on pourra toujours garder un œil sur elle.
- Je trouve que c'est une bonne idée, intervint Ranulf. Émeline sera en sécurité avec nous.

Soren poussa un profond soupir, las. Stefan lui lança un clin d’œil, amusé. Rhys se contenta de hocher la tête d'un air appréciateur.

- Bien, déclara finalement le roi des bêtes. Dans ce cas tout est réglé. Émeline voyagera avec vous pour le moment, votre mission terminée, nous aviserons alors. Vous pouvez disposer, et bon séjour chez nous.
- Merci Votre Majesté, lâcha le sage.  

C'est ainsi que nos amis prirent congé, se dirigeant chacun vers leurs suites. Sitôt entré dans sa propre chambre, Soren sortit la lettre de ses vêtements et la relit en silence, essayant d'en comprendre le sens, en vain... On toqua soudainement à la porte, le stratège s'empressa de ranger discrètement l'objet avant d'aller ouvrir et de tomber nez à nez avec Rhys. Celui-ci ne dit rien et se fraya un passage pour pouvoir pénétrer dans la pièce. Le premier ministre l'observa faire, intrigué.

- Qu'est-ce qu'il y a Rhys ?
- Rien de bien grave. Je serai ton voisin de chambre c'est tout, expliqua le prêtre.
- Quoi ? s'étonna Soren, incrédule.
- Nous sommes quand même assez nombreux, tu sais ? Et le palais manque de place... Tu permets ?
- Je t'en prie...
- Merci.

Rhys posa son bâton dans un coin, déplia un matelas qu'il posa à même le sol avant de s'y allonger, épuisé. Le sage l'observa encore un moment à la dérobée avant de prendre un livre au hasard dans la petite bibliothèque située au fond de la salle, histoire de se divertir un peu. Il aurait bien essayé de chercher encore le vrai sens de ce mystérieux message, mais la présence du prêtre le gênait. Il ne désirait pas le mettre au courant, non pas qu'il ne lui fasse pas confiance, mais il ne voulait pas que le jeune homme se mette à s'inquiéter pour sa personne. Rhys hésita à engager la conversation avec le stratège, mais voyant celui-ci plongé dans un livre traitant certainement de magie, il abandonna l'idée et s'endormit tout simplement.
Lorsque Stefan pénétra dans sa suite, il eut l'étrange surprise d'apercevoir Mia de dos en train de coiffer ses longs cheveux mauves. Intrigué, il posa une main sur l'épaule de la combattante qui sursauta avant de se retourner en brandissant son peigne comme une arme. Le bretteur recula instinctivement, les deux bras levés en signe de paix. Ils restèrent encore un moment immobiles, se toisant du regard, avant d'éclater tous deux de rire devant le ridicule évident de la situation.

- J'ai bien cru que tu allais m'assommer avec ce truc, lâcha le jeune homme, amusé.
- N'exagère pas non plus, rétorqua Mia en pouffant de rire. Ce n'était qu'un peigne, mais au fait que fais-tu ici ?
- Hé bien je suis tout aussi surpris que toi. Il semblerait que je vais dormir dans la même chambre que toi.
- J'espère que tu plaisantes ?
- Aucunement, répondit-il en posant son épée et sa dague dans un coin. Ne t'en fais pas, je me ferai discret.
- Je n'en doute pas, déclara-t-elle en prenant place sur son lit et en attrapant sa lame pour l'astiquer un peu.
- Tiens ! s'exclama le bretteur en lui lançant une petite bourse pleine.
- Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle.
- Un peu de poudre pour astiquer ton arme, répondit-il. Essaie. Tu verras, c'est efficace.
- D'accord, merci.

De leur côté, Nephenie et Astrid parlaient entre elles de tout et de rien. En revanche dans la suite de Shinon et Tormod, l'ambiance se trouvait être assez mouvementée...

- Si tu continues tes gamineries je t'étrangle, compris ? grogna Shinon au bord de l'énervement.
- Calme Shinon. Tu devrais essayer d'avoir un peu le sens de l'humour de temps en temps, tu ne penses pas ? déclara le mage, sourire aux lèvres.
- Je m'en contre-fiche, mais toi tu ferais mieux de te taire un peu pour ta propre survie.
- Tu ne me fais pas peur ! s'exclama Tormod en se mettant en position de combat.

L'archer d'élite poussa un profond soupir. Mais qui était le bouffon qui avait eu l'idée de le mettre avec Tormod ? Si jamais il mettait la main sur le coupable, il passerait sûrement un très mauvais quart d'heure.

- Je vais prendre l'air, lâcha l'homme en sortant.
- Tu fuis ? Lâche ! s'écria le mage alors que la porte se refermait derrière l'adulte."

Shinon décida donc de se promener dans le jardin. Après tout, peut-être pourrait-il s'entraîner un peu au tir à l'arc ? Alors qu'il marchait entre les diverses allées, il aperçut la jeune Émeline en admiration devant un superbe rosier. L'archer d'élite hésita à aller à sa rencontre en se remémorant le regard glacial qu'elle lui avait lancé dernièrement. Mais il n'eût pas le temps d'y réfléchir davantage que l'adolescente finit par l'apercevoir. Ils se toisèrent un long moment sans un mot, sans une parole, en silence... Puis finalement la jeune fille passa une main dans ses longs cheveux d'or avant de s'éloigner, laissant là Shinon.


Dernière édition par Sheezune le Jeu 19 Mai - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 14:34

Chapitre 5 : Étranges comportements

Les premiers rayons du soleil ne tardèrent pas à percer à travers les rideaux de la fenêtre. La jeune fille peina à se réveiller, mais finit tout de même par ouvrir les yeux au bout de quelques minutes. Passant une main sur ses yeux ensommeillés, elle bailla un peu avant de quitter les draps et d'aller faire sa toilette. Une fois celle-ci faite, elle entreprit de s'habiller, se revêtant d'une tunique brune assez serrée. Elle glissa une dague au pommeau d'argent dans une de ses bottes et noua ses longs cheveux d'or à l'aide d'un élastique. Elle se mira ensuite un instant dans la glace, étouffa un profond soupir, avant de se décider à rejoindre les autres dans l'immense salle à manger du palais pour pouvoir prendre son petit déjeuner.
" Tiens, bonjour à vous demoiselle Émeline, lança une voix alors que l'adolescente sortait dans le couloir.
La demoiselle en question manqua de sursauter, surprise, avant de voir qu'il ne s'agissait que de Ranulf. Elle le salua poliment d'un léger signe de tête et voulut prendre congé, mais le Laguz vint immédiatement se positionner à ses côtés, visiblement décidé à l'accompagner jusqu'au lieu désiré.
- Vous savez, vous n'êtes pas obligé de...
- Pas de protestations, rétorqua Ranulf, un léger sourire aux lèvres. Je me ferai un immense plaisir de vous guider à travers cet immense palais.
- Bien, j'imagine que je ne peux guère refuser.
- En effet, assura le Laguz, amusé.
Et c'est ainsi que nos deux jeunes amis se rendirent à la salle à manger du palais, saluant quelques Laguz au passage. Lorsque Ranulf poussa les deux immenses portes décorées de nombreuses arabesques d'argent, Émeline ne put empêcher un cri d'admiration de sortir de ses lèvres. La gigantesque pièce tapissée de nombreuses peintures était tout simplement magnifique. En son centre, on pouvait apercevoir une très longue table sur laquelle on avait mis une grande nappe de couleur ocre. De nombreuses chaises étaient disposées tout autour et les rayons du soleil perçant à travers les fenêtres, faisaient briller les couverts d'argent sur la table.
- Je vous en prie, prenez place demoiselle Émeline, le petit déjeuner sera bientôt servi, l'informa Ranulf. Cela dit je vais devoir vous laisser, je dois encore régler quelques petits détails avec Sa Majesté Caineghis, nous nous reverrons lors du départ.
- Bien Sieur Ranulf, à très bientôt dans ce cas.
Le Laguz lui adressa un dernier sourire et prit congé. L'adolescente resta encore un moment debout, admirant en silence toute cette magnificence, avant de finalement s'asseoir à table. Elle fut bientôt rejointe par Soren, Stefan, Mia et Rhys. Les deux bretteurs saluèrent Émeline d'un léger sourire, Rhys lui adressa un petit geste de la main alors que le sage prenait place sans même lui adresser un regard, plongé dans ses pensées. Un Laguz ne tarda pas à pénétrer dans la salle quelques minutes plus tard pour y déposer quelques mets. Il disparut de nouveau avant de revenir tout de suite après avec deux grands pichets de chocolat chaud qu'il déposa également sur la table. Il adressa ensuite une révérence assez maladroite aux invités et prit congé sans plus attendre.
- Vous avez passé une bonne nuit ? interrogea Stefan en fixant Émeline.
- Oui, et heu... vous ?
- Tutoyons nous ! intervint Mia en s'emparant d'une tartine qu'elle beurra.
- On dirait bien que les Laguz ont décidé de faire un peu de commerce avec les Beorcs, on ne trouvait pas ce genre de nourriture avant, nota Rhys.
- Dans tous les cas, je me demande ce que font les autres, on avait pourtant dit qu'on se rejoignait ici assez tôt. Après tout nous partirons tout de suite après le déjeuner, dit l'homme aux cheveux verts en jetant un petit coup d’œil vers la porte.
- Ils ne vont pas tarder j'imagine, déclara Mia.
Et en effet, Nephenie et Astrid firent leur entrée après ces quelques paroles. Elles saluèrent tous le monde d'un sourire avant de s'attabler à leur tour, s'emparant de mets placés à leur portée.
- Vous savez où sont Tormod et Shinon ? demanda l'évêque à l'adresse de la jeune femme aux cheveux bruns.
- Tormod a dit qu'il n'allait pas tarder, répondit son interlocutrice. Quant à Shinon, aucune idée, encore disparu dans la nature.
- Et Sothe, où est-il passé au fait ? lança Nephenie en le cherchant des yeux.
- Au lieu de discuter inutilement, mangez rapidement, nous partons dans une heure, les informa Soren, agacé.
Non, mais qu'est-ce qu'ils avaient tous à parler sans arrêt ? Qu'est-ce que ça pouvait bien leur faire que Shinon et Tormod soient en retard ou que le voleur ait disparu ? Le sage poussa un long soupir avant de porter son attention vers la fenêtre, laissant voguer un peu ses pensées. Inconsciemment, le message mystérieux lui revint en mémoire. " La colombe prend son envol ", qu'est-ce que ça pouvait bien signifier ? Il n'avait pourtant vu aucun oiseau au plumage blanchâtre s'envoler dernièrement. D'ailleurs y avait-il jamais eu de colombes sur Tellius ? Le stratège resta un moment indécis, tout ça n'avait véritablement aucun sens. " C'est le début d'une nouvelle aube ", allait-il y avoir du changement ? Cela avait-il une liaison quelconque avec la soudaine agitation à Begnion ? Le jeune homme l'ignorait, mais il espérait bien le savoir. " Prends garde jeune homme le danger rôde ", un danger... Mais quel danger ? Soren se tint la tête à deux mains, agacé. Ce message n'avait absolument aucun sens, il ne parvenait pas à le comprendre, lui, un talentueux stratège, ne parvenait pas à déchiffrer un malheureux message codé, s'il l'était bien d'ailleurs. Mais le plus grand mystère qui subsistait était tout de même l'auteur de cette lettre. Ça devait forcément être quelqu'un qu'il connaissait, sinon comment aurait-il su qu'il était bien Soren ? Ou alors... Il abandonna tout de suite l'idée qui commençait à se former dans son esprit, son prénom avait été écrit sur l'enveloppe. Tout ce mystère allait finir par le rendre fou, il le sentait.
- Salut Soren ! s'exclama vivement Tormod en lui posant une main sur l'épaule.
Pour seule réponse, le jeune homme aux cheveux noirs lui lança un regard incendiaire. Le mage recula prudemment tout en passant une main dans ses cheveux, quelque peu gêné.
- Désolé, je crois que je t'ai dérangé.
- Laisse-le donc Tormod, tu sais bien que Soren n'est jamais de bonne humeur, lui rappela Stefan, un sourire amusé aux lèvres.
- Oui, mais de là à me lancer un regard comme ça... J'ai presque eu peur tu sais ? insista le jeune garçon sur un faux air de reproche.
Sans plus tarder, Mia et Émeline éclatèrent de rire devant le faux air contrit de l'adolescent alors que Soren se renfrognait, les ignorant. Et c'est dans cette fameuse ambiance que nos amis terminèrent de prendre leur petit déjeuner.

Alors qu’Émeline aidait à finir les derniers préparatifs pour le voyage, elle se tourna vers Nephenie qui était en train d'effiler un peu la pointe de sa lance.
- Tu sais où est Shinon ? Il n'est pas venu nous rejoindre.
- Tu t'inquiètes ? nota la guerrière, amusée.
- Non, pas du tout, répondit-elle peut-être un peu trop abruptement. Je me demandais où il était passé c'est tout.
- Bah, il reviendra bien à un moment ou à un autre. Il n'aime pas cet endroit, ni les Laguz en général d'ailleurs. Remarque, Shinon n'aime pas grand chose, bien qu'il semble quand même éprouver un peu de sympathie pour Rolf.
- Qui est Rolf ? voulut savoir son interlocutrice, curieuse.
- Un jeune archer que Shinon a entraîné. Ce dernier ne voulait pas que ça sache, mais ça sautait aux yeux qu'il était son maître, il était quasiment le seul à manier un arc dans le temps.
- Ah...
- Enfin tout ça pour dire que tu n'as pas à t'inquiéter pour lui Émeline.
Ceci dit, les deux personnes rejoignirent les autres déjà prêts à partir. Comme à l'accoutumée, Soren leur expliqua la suite du parcours :
- Nous allons nous rendre au port de Toha, puis nous prendrons un bateau pour aller à Begnion. Nous irons ensuite à la rencontre de l'apôtre Sanaki, est-ce que ça pose problème à quelqu'un ?
Comme à l'accoutumée, aucun ne fit d'objection.
- Bien, dans ce cas pas de temps à perdre, dit le sage en prenant la tête du groupe.
- Tu comptais vraiment partir sans moi ? lança une voix narquoise.
Soren se tourna vers le nouveau venu avant de répondre, ironique :
- Bien sûr que non, jamais je n'oserais partir sans la présence d'un excellent archer d'élite comme toi voyons. Pour qui me prends-tu donc ?
Shinon ne se donna pas la peine de répondre à la provocation, et s'enferma dans un silence de plomb. Stefan le toisa un moment avec surprise. Depuis quand Shinon pouvait réussir à voyager sans ouvrir la bouche pour faire usage d'ironie ? Non, c'était certain, quelque chose clochait avec lui. Le bretteur voulut poser une question à l'archer d'élite histoire d'en savoir plus, mais Astrid fut plus rapide que lui.
- Au fait, où étais-tu passé ? On ne t'a pas vu au petit déjeuner...
- Est-ce que je t'en pose moi des questions ? rétorqua le concerné, acide.
Le bretteur et Mia échangèrent un regard stupéfait. Astrid adressa un regard interrogateur à Nephenie qui haussa les épaules en signe d'ignorance. Rhys resta parfaitement calme comme à son habitude, bien qu'il fut quelque peu surpris de la manière dont avait répondu l'archer d'élite. Tormod, sentant que l'atmosphère commençait à s'alourdir, essaya de sortir une plaisanterie qui tomba rapidement à l'eau. Emeline demeura un moment les yeux fixés sur Shinon avant de regarder ailleurs, pensive. Quant à Soren, il ne fit aucune remarque, commençant déjà à avancer lorsque Ranulf vint les rejoindre.
-  Eh bien... Qu'est-ce qui se passe ici ? Vous en faites de drôles de têtes... nota le Laguz, à la foix amusé et intrigué.
Ces paroles semblèrent sortir les autres de leur torpeur. L'évêque répondit :
- Rien Ranulf, rassure-toi. Ne tardons pas davantage.
Tout fut donc rapidement oublié, et notre petit groupe se mit en marche vers leur destination. Une grosse partie de la route se fit dans un silence de plomb, ils ne rencontrèrent aucun ennemi si ce n'est quelques voleurs qu'ils mirent hors d'état de nuire assez facilement. Il faisait presque nuit lorsqu'ils arrivèrent finalement au port de Toha qui s'était agrandit depuis. Soren, en bon leader, décida de faire une halte dans une auberge, histoire de se reposer un peu. Ainsi ils pourraient partir dès le lendemain pour l'Empire de Begnion.
- Pourquoi ne pas monter à bord d'un bateau dès maintenant ? le questionna Tormod.
- Aucun n'est à quai pour le moment, expliqua simplement le sage.
- Je vois, en réalité tu avais déjà tout prévu. Au moins on sait d'où tu tires ton nom de stratège.
- Comme tu peux le voir Tormod, il existe en ce monde des gens plus intelligents que d'autres, intervint l'homme aux cheveux verts.
- Qu'est-ce que c'est censé vouloir dire ? questionna le mage, prudent.
- Oh rien rien, assura son interlocuteur en étouffant un léger rire.
- Hé ! Mais tu es en train de te foutre de moi là ? Tu vas payer, allez prépare toi à te battre !
- Oublie cette idée petit mage, je risquerais de te blesser.
Tormod grommela sous le regard amusé du bretteur. Puis nos amis finirent par pénétrer dans l'auberge. Soren régla rapidement les quelques affaires qui restaient, paya le tenancier de l'endroit où ils se reposeraient avant de se décider à aller se coucher. Rhys, Nephenie, Astrid, Shinon, Ranulf et Émeline ne tardèrent pas non plus à faire de même, un peu fatigués. Tormod, Mia et Stefan, quant à eux, décidèrent d'aller se promener un peu pour profiter de la douce brise nocturne. Ils ne s'arrêtèrent qu'au bout de quelques minutes pour aller s'allonger dans une petite clairière. Ils prirent ensuite tous les trois place sur l'herbe un peu humide et se mirent à observer les étoiles qui ornaient la sublime et  sombre voûte céleste.
- Je ne sais pas pour vous, mais je trouve les étoiles magnifiques, commenta Mia, admirative
- C'est pareil pour moi, approuva le mage. A chaque fois que j'ai un coup de blues ou que je n'ai plus énormément confiance en moi, je me mets à les regarder et ça me redonne de l'espoir, du courage aussi. C'est bête, n'est-ce pas ?
- Au contraire, rétorqua la jeune fille, moi je trouve ça fabuleux. J'ignorais qu'il t'arrivait de douter parfois.
- Tu es loin de tout savoir sur moi, Mia. Hé hé, au fond je ne suis pas rien qu'un fanfaron.
- C'est vrai, admit la guerrière. Tu es un très bon mage, prêt à protéger ceux que tu aimes, non ?
- Tu as raison. Je n'utilise la magie que pour cette raison et pour rien d'autres.
La guerrière glissa ensuite un regard vers le bretteur, prêt à lui demander sa pensée sur les étoiles. Ce dernier avait les yeux mi-clos et quelques mèches de cheveux verts retombaient avec désinvolture sur ses yeux. Il semblait absent, captivé par le ciel, baignant dans une autre réalité. Elle hésita à le sortir de sa torpeur, mais un petit signe négatif de la part de Tormod l'en dissuada. Elle se demandait à ce moment-là à quoi il pouvait bien penser. Stefan avait voyagé avec eux pour libérer Criméa, il les avait aidé à vaincre l'armée de Daien, mais au fond, que connaissait-elle de lui si ce n'est qu'il était un excellent bretteur ? Oui, elle ne le connaissait pas réellement, elle ne savait pas grand chose sur lui et elle se surprit à penser qu'elle aimerait bien en connaître plus, en savoir davantage sur sa personne.
- Elles au moins n'ont pas de soucis à se faire, elles sont toutes plus ou moins différentes, et elles s'acceptent telles quelles. Peu importe leurs différences... déclara Stefan sans quitter le ciel des yeux.
Mia fronça les sourcils, intriguée par les propos de son ami.
- Qu'est-ce que tu veux dire par là ? demanda Tormod."
Le bretteur ne répondit pas, se replongeant en silence dans la contemplation des étoiles. Tormod haussa les épaules, Stefan resterait toujours un mystère entier à ses yeux. Le mage se leva, salua Mia d'un léger signe de la main avant de s'éloigner. Cette dernière s'allongea sur l'herbe tout en mettant les mains derrière sa tête. Les minutes se mirent à défiler à toute vitesse et la guerrière finit par s'endormir, épuisée. Stefan , en bon prince charmant qu'il était, se leva avant de la prendre dans ses bras et de la ramener à l'auberge.
Le matin ne tarda pas à se lever et Soren fut le premier levé, comme à l'accoutumée. Nos amis, se réveillant les uns après les autres, mangèrent rapidement avant de partir à la recherche d'un bateau qui pourrait les emmener à Begnion. Une jeune femme aux cheveux bruns nattés et aux yeux mordorés vint à leur rencontre, et leur proposa de monter à bord de son navire. Soren accepta la proposition et notre petit groupe embarqua. Les voiles furent hissées, le vent vint les gonfler et le vaisseau se mit doucement à glisser sur l'eau, quittant le port.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 14:45

Chapitre 6 : Voyage en mer

Le vent jouant doucement dans ses cheveux d'or, la jeune Émeline, accoudée à la rambarde, observait l'océan, émerveillée. Rien n'aurait su troubler le paisible état dans lequel elle se trouvait si ce n'est la dague qui vint soudainement se plaquer contre sa gorge. Sa première réaction aurait été de tourner la tête pour voir son agresseur, mais la lame courte et mortelle l'en empêcha.
" Qui êtes-vous ?
- Émeline, mais pourriez-vous retirer cette arme de mon cou ?
- Qu'est-ce que tu fais ici, parmi nous ? poursuivit-il sèchement.
- Arrête Sothe ! s'exclama une voix.
Le dénommé Sothe se retourna, apercevant par la même occasion le stratège dont la cape noire virevoltait, balayée par une soudaine bourrasque.
- Elle n'est pas notre ennemie, poursuivit le sage. Elle est avec nous, rengaine ton arme.
Le voleur hésita à s'exécuter, laissa son regard voyager de l'adolescente à Soren avant de finalement ranger sa dague. Émeline passa machinalement une main sur son cou, soulagée de voir que l'arme n'avait pas entaillé la peau. Sothe, se désintéressant totalement de la jeune fille, se dirigea aussitôt vers le sage, prêt à lui demander quelques explications. Il était vrai qu'il n'était pas au courant de tout. Lorsqu'ils avaient attaqué les soldats, il leur avait plus ou moins volé des choses de valeur et ensuite il était parti de son côté. Puis, finalement, il avait rebroussé chemin pour se rendre au port de Toha et attendre les autres là-bas. Enfin, une fois qu'il les avait repéré, il était monté discrètement à bord du vaisseau. Il ignorait donc les détails et l'identité de cette fille. Le stratège l'emmena sans plus attendre vers sa cabine pour tout lui expliquer alors que l'adolescente aux cheveux d'or retournait une nouvelle fois à la contemplation de l'océan.

~°~°~

- Qu'est-ce que tu vas faire une fois là-bas ? interrogea Nephenie.
La jeune femme aux cheveux verts se trouvait présentement dans sa cabine qu'elle partageait avec Astrid. Cette dernière était allongée sur son lit et lisait un livre pour se divertir un peu avant les prochains combats, s'il y en avait. Son interlocutrice délaissa un instant sa lecture pour porter son regard sur son amie.
- Qu'est-ce que tu veux dire ?
- Tu avais un fiancé là-bas, non ? Et tes parents ? Ils vont...
- Je n'ai pas envie d'aborder ce sujet, l'interrompit-elle. Tout ça c'est du passé à présent.
- Comme tu veux...
- Nephenie ?
- Oui ?
- Merci de t'inquiéter pour moi, mais ça ira, assura Astrid.
- Mais je t'en prie, les amies c'est fait pour ça !
Son amie la gratifia simplement d'un sourire.

~°~°~

Mia exécuta plusieurs mouvements verticaux et horizontaux, se mouvant avec grâce sur l'espace libre du bateau. Son épée virevoltait, légère et mortelle, tranchant l'air. Elle poursuivit encore quelques minutes ce petit entraînement, fit légèrement glisser son pied en avant pour exécuter un coup d'estoc dans le vide et se retourna vivement pour donner un coup en diagonale à son ennemi invisible. Stefan qui passait par là, s'accouda au mur d'une des cabines et se mit à l'observer, étudiant et observant en silence le petit bout de femme s'entraîner. Certes, elle avait un très bon maniement de l'épée, mais restait tout de même quelques imperfections dans son style de combat. Le bretteur fut tenté de la rejoindre pour le lui faire remarquer, mais la propriétaire du bateau fut plus rapide que lui et se dirigea à toute vitesse vers Mia, sabre en avant. Le premier réflexe de cette dernière fut de se mettre en garde, parant, par la même occasion, l'attaque surprise. Mais la femme aux yeux mordorés ne s'arrêta pas pour autant et lança une nouvelle offensive que Mia para une fois encore sans grande difficulté.
- Bien, je vois que vous savez vous défendre, lâcha-t-elle en rangeant son sabre. Je voulais juste m'en assurer, je ne tenais pas à avoir votre mort sur les bras.
- Qu'est-ce que vous voulez dire ? interrogea la guerrière, intriguée.
- Les derniers bateaux qui ont quitté le port ont été attaqués par des Laguz que l'on ne trouvait pas avant à Tellius : des aigles.
- Des aigles ? répéta son interlocutrice, incrédule.
- En effet. Nous ne savons pas d'où ils viennent, mais ils sont très agressifs. Si jamais ils nous attaquaient, soyez prêts à combattre ou je ne donne pas cher de votre peau.
Et sans plus de cérémonie, Tia, la propriétaire du vaisseau, s'éloigna. Mia la regarda s'en aller alors que Stefan la rejoignait.
- Des aigles... répéta le bretteur, songeur.
- A quoi penses-tu ? interrogea la guerrière, en se tournant vers lui.
- Je me demandais si leur présence n'avait pas un rapport avec les troubles de Begnion, qu'en penses-tu ?
- C'est une hypothèse, dut-elle admettre.
- C'est même très probable, ajouta Rhys.
Mia porta une main à son cœur, surprise par l'entrée en scène de l'évêque.
- Tu pourrais prévenir quand tu arrives par derrière comme ça, grommela-t-elle.
- Désolé, s'excusa le nouveau venu. Je ne tenais pas à te faire peur.
- Bah, c'est oublié.
- De quoi est-ce que vous parlez ? s'enquit Tormod, en surgissant derrière eux.
- Allons dans un endroit plus tranquille pour en discuter, conseilla Rhys, en désignant l'une des cabines.
Tous opinèrent de la tête et se rendirent à l'endroit indiqué.
Pendant ce temps, Shinon, cloîtré dans sa chambre depuis quelques heures à présent, taillait la pointe de ses flèches d'un air pensif. Assis sur son lit, il stoppa un moment son travail avant de se remémorer le moment où il avait croisé la jeune Émeline dans un des jardins à Gallia. Il secoua vivement la tête, essayant d'oublier... en vain.
- Mais pourquoi est-ce que je n'arrive pas à oublier cette fille ? Bon sang, mais qu'est-ce qu'elle m'a fait ? grogna-t-il en serrant la flèche qu'il travaillait, manquant de peu de la briser en deux.
On toqua à la porte. L'archer d'élite grommela avant de se décider à ouvrir pour tomber nez à nez avec Ranulf.
- Qu'est-ce que tu veux ? questionna Shinon, acide.
- Te parler. C'est possible ? A moins que tu ne sois occupé...
Le Beorc le toisa un moment - une lueur de dégoût traversa brièvement ses yeux grenat - puis le laissa finalement pénétrer dans sa cabine. Shinon referma la porte derrière lui et prit de nouveau place sur le lit afin de reprendre sa précédente occupation. Ils demeurèrent un long moment ainsi, sans rien dire. Silencieux. Ce fut Ranulf qui, en prenant la parole, finit par briser l'ambiance un peu lourde qui s'était installée dans la pièce.
- Pourquoi est-ce que tu es si désagréable avec tout le monde ? Émeline ne t'a rien fait à ce que je sache.
Shinon cessa un instant son labeur.
- Pourquoi prendrais-je le soin d'être aimable ? Qu'est-ce que cela m'apportera ? Pffff. Tu en as encore beaucoup des questions dans ce genre là ? J'ai autre chose à faire que d'écouter un sous-hu... Laguz me faire la morale ou je ne sais quoi. L'amitié, la solidarité, l'entre-aide... Tout ça n'est que futilité. Je ne veux pas en entendre parler.
- A t'entendre, on dirait que tout te laisse parfaitement indifférent. Non, pire ! On dirait que tu détestes le monde en général, ce monde dans lequel tu vis pourtant.
- C'est le cas. Utiliser les autres pour survivre, ne penser qu'à soi... C'est ce que je fais, c'est ce que je suis. Je hais les adultes.
- Je vois... Mais s'il te plaît, reste au moins correct avec Émeline, ne l'agresse pas avec tes paroles. Elle n'est pas d'ici, tu ne la connais pas, tu n'as pas le droit de la juger sans en savoir davantage.
- C'est moi, ou j'ai l'impression que tu tiens beaucoup à cette fille ? questionna Shinon, moqueur.
- Je suis ici en partie en tant qu'accompagnateur, mais il est aussi de mon devoir de la protéger. Ne va pas croire autre chose.
- C'est pitoyable, conclut l'archer d'élite, un sourire moqueur ancré au coin des lèvres.
- Tu l'es aussi, rétorqua Ranulf, malicieux.
Sans en rajouter, le Laguz prit congé du Beorc. Shinon poussa un profond soupir. Cette conversation l'avait épuisé mentalement et il était maintenant plus que ravi d'être enfin débarrassé de son inopportun visiteur. Refermant la porte, il fit volte-face et entreprit de glisser soigneusement les flèches dans son carquois.

Le bateau vogua encore longtemps sans rencontrer aucun problème jusqu'au moment où un cri strident se fit entendre de par les airs. Tia leva les yeux vers le ciel et aperçut une bonne dizaine d'aigles qui se dirigeaient à grande vitesse vers eux. Elle se hâta d'en informer tous les occupants du bateau qui se préparèrent à combattre. Le Laguz oiseau qui semblait être le chef, fut le premier à se poser sur le vaisseau alors qu'il intimait à ses subordonnés de demeurer un moment à l'écart. Il s'agissait d'un aigle de grande envergure duquel émanait une grande aura de puissance. Soren garda les yeux fixés sur lui, méfiant, alors que ce dernier prenait la parole :
- Remettez-nous la colombe et vous aurez la vie sauve.
- Je ne vois pas de quoi vous parlez, répondit catégoriquement le sage. Quoiqu'il en soit, je vous conseille vivement de partir immédiatement si vous ne tenez pas à mourir.
Le Laguz éclata d'un rire tonitruant, ne prenant visiblement pas le stratège au sérieux.
- J'aimerais bien voir ça, tiens ! Allez, ne rendez pas les choses plus difficiles. Laissez-la nous.
- Je ne sais pas qui est cette colombe dont vous causez, mais à présent il est temps de nous laisser partir. Nous sommes attendus, alors veuillez-vous retirer, vous et vos troupes, recommanda Soren.
- Bien, si vous ne désirez pas collaborer alors nous la prendrons par la force ! Aigles, en avant !
Tous dégainèrent leurs armes, prêts à combattre, mais une lumière d'inquiétude demeura dans les yeux de Tia. Ils étaient beaucoup trop nombreux, comment parviendraient-ils à les repousser ? Nephenie se tourna vers la jeune Émeline :
- Cours te réfugier dans une des cabines. Nous allons tenter de les éloigner du vaisseau.
- Pas question ! protesta la jeune fille. Je veux me battre !
- Et si tu meurs au combat ? Seras-tu plus avancée ?
- Mais...
- Alors fais ce que je te dis et vite !
Le ton employé ne permettait aucune réplique et Émeline dut se résigner à se mettre à l'abri, mais un des Laguz aigles ne l'entendit pas de cette oreille et fondit sur elle. Shinon encocha une flèche avec rapidité et cibla l'oiseau. L'arme meurtrière siffla dans l'air avant de s'enfoncer profondément dans le cou de l'ennemi qui alla s'écrouler au sol, vaincu. Émeline, encore un peu sous le choc du fait de ne pas être habituée à voir le sang couler, remercia le guerrier d'un léger sourire et s'empressa de rejoindre une cabine afin de s'y réfugier. Nephenie fit tournoyer sa lance et s'élança vers l'un des ennemis en poussant un cri de guerre. La lance vint se ficher dans l'une des ailes du Laguz qui se dégagea avant de riposter à l'aide d'un puissant vent magique qui fit reculer quelque peu la femme aux cheveux verts. Astrid vint à son aide et encocha une flèche, prête à tirer, mais l'oiseau était déjà sur elle. Nephenie troqua sa lance contre son javelot et le lança de toutes ses forces sur l'adversaire qui vint enfin s'écrouler au sol, mort. Sothe, utilisant son agilité, se glissa furtivement derrière l'un des Laguz et lui trancha le cou à l'aide de sa dague. Tormod et Soren faisaient usage de magie de vent, décimant pas mal d'opposants au passage. Un des Laguz fut cependant plus prompt à esquiver les attaques des deux mages et se rua sur eux, mais c'était sans compter Ranulf qui avait pris sa forme animale et qui lacéra la chair de l'oiseau à coups de griffes. Quant à Mia, Stefan et Tia, ils faisaient virevolter leurs sabres ou épées, faisant quelques victimes. Rhys soutenait les blessés comme à son habitude en soignant ses alliés.
Les aigles se firent de moins en moins nombreux et bientôt il n'y eut plus que le chef. Tous se ruèrent vers lui à part l'évêque et les deux mages qui préféraient attaquer à distance. L'immense aigle envoya un puissant vent sur les combattants, les empêchant par la même occasion de s'approcher davantage. Shinon et Astrid s'apprêtèrent à dégainer leurs flèches, mais déjà le Laguz oiseau les percutait de plein fouet. La jeune femme aux cheveux bruns fut désarçonnée alors que l'archer d'élite manquait de peu d'aller embrasser le sol.
- Achevez-le vite ! s'écria Nephenie en voyant l'aigle immense se diriger vers la cabine dans laquelle s'était réfugiée leur amie.
Trop tard. Le Laguz oiseau avait déjà repris forme humaine et pénétré dans la cabine, attrapant violemment la jeune Émeline par le bras. Mia, Stefan et Tia furent les premiers à être sur place, lames dégainées. Mais le chef des aigles tenait l'adolescente aux cheveux blonds devant lui, s'en servant comme bouclier. Mia prit rapidement le temps de le détailler. Sous cette forme, le chef des aigles était d'une haute stature. Ses yeux noirs comme la suie fixaient nos amis avec moquerie et ses longs cheveux noirs retombaient au-dessus de ses épaules. Deux grandes ailes brunes étaient également visibles dans son dos.
- Je suis Maxos, chef du peuple aigle et je vous demande à tous de baisser vos armes avant que je ne décide de trancher le joli cou de cette jeune demoiselle.
- Je croyais que les Laguz ne combattaient pas sous cette forme ! lâcha vivement la fille aux cheveux mauves.
- Écartez-vous de mon chemin !"
Pour seule réponse, Soren usa une nouvelle fois de magie de vent que Maxos contra facilement en faisant également usage du même type de magie. Puis, sans crier garde, il bouscula le bretteur, Mia ainsi que Tia qui lui bloquaient le passage et força Émeline à monter sur son dos avant de reprendre sa forme animale. Shinon tenta d'abattre le Laguz oiseau avec l'une de ses flèches, mais Astrid posa une main sur l'arc, l'abaissant, avant d'exécuter un geste négatif de la tête.
La dernière chose que virent nos amis fut Maxos s'en allant avec leur amie. L'archer d'élite, rageur, s'éloigna et tapa du poing contre le mur de sa cabine. Et alors l'être ne s'en faisant jamais pour personne, ne s'occupant seulement que de lui-même, se mit à pleurer pour la première fois depuis bien des années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 14:46

Chapitre 7 : Arrivée à Begnion

" Si nous devons résumer la situation, un aigle du nom de Maxos a enlevé Émeline pour on ne sait quelle raison, déclara Soren, impassible. Comme si c'était le moment de compliquer les choses...
- Tu ne vas tout de même pas insinuer qu'elle s'est faite enlevée exprès ? intervint Astrid en lui lançant un regard réprobateur.
- Je n'insinue rien. J'énonce les faits tels qu'ils sont.
- Et qu'allons-nous faire ? interrogea Tormod. On ignore où ce Maxos l'a emmené.
- En effet, appuya Mia.
- Nous allons poursuivre notre chemin vers Begnion, nous essaierons de recueillir plus d'informations une fois là-bas, répondit le stratège.
- Pourquoi ne pas passer voir les faucons ? proposa Stefan.
- Il est hors de question que je passe par chez eux ! protesta vivement Tia en tapant du poing sur la table.
Quasiment tous lui lancèrent un regard étonné.
- Et arrêtez de me regarder avec cet air là ! Moi vivante, ce vaisseau évitera de rester trop longtemps près de l'habitat de ces faucons de malheur alors abandonnez tout de suite cette idée !
- Bien. Alors il ne reste plus qu'à aller à Begnion comme l'a si bien dit Soren, conclut Sothe.
- Oui, je crois que c'est le mieux à faire pour l'instant, dut admettre Ranulf, approbateur.
- J'espère qu’Émeline va bien, lâcha Nephenie, inquiète.
- Maxos ne la tuera pas, apparemment il a besoin d'elle, ajouta Rhys.
- Mais pourquoi l'appelait-il la colombe ? questionna la jeune fille aux cheveux mauves.
- Mystère, répondit simplement l'évêque.
Et c'est sur de multiples questions encore que le petit groupe se fractionna à nouveau. Soren, comme à son habitude, alla s'enfermer dans sa cabine dans le but d'essayer une fois pour toute de décoder la lettre. Il espérait également découvrir pourquoi Émeline avait été enlevée. Au bout du compte, que savaient-ils sur elle exactement si ce n'est qu'elle ne venait pas de leur continent ? Après tout, peut-être était-elle sous les ordres des étrangers à Tellius qui se trouvaient en ce moment même au sein de l'empire de Begnion ? C'était une explication plausible en y réfléchissant bien. Peut-être même qu'elle était leur ennemie d'ailleurs. Songeur, le sage prit place sur une chaise tout en posant son menton au creux de sa main. Même s'il ne l'avouerait jamais, les événements le dépassaient.
- Encore plongé dans d'interminables pensées ?
Surpris, Soren leva les yeux vers celui ou celle qui venait de lui adresser la parole. Son visage se ferma en voyant Stefan. D'un côté le sage était soulagé de voir qu'il ne s'agissait pas de l'archer d'élite, mais devoir faire la discussion avec le bretteur ne l'enchantait pas non plus. Quitte à choisir, il préférait encore écouter les pitreries de Tormod. Le guerrier jeta un œil à la cabine avant de reporter son attention sur le sage qui ne l'avait pas quitté des yeux, méfiant. Bien malgré lui, un sourire amusé se forma sur les lèvres de l'homme aux cheveux verts.
- Qu'est-ce que tu veux ? lança sèchement le stratège.
- Je n'ai même plus le droit de venir te voir pour m'enquérir de ta santé ? lâcha-t-il sur un ton faussement outré.
- Tu n'es pas le genre de personne qui se soucie de ces banalités.
- Tu marques un point, dut admettre le bretteur. Je me demandais... Puisque nous nous rendons à Begnion... Pourquoi ne pas faire un tour du côté du désert de Grann ?
- Il me semble t'avoir déjà dit que je n'avais pas envie de vous rejoindre.
- Et je l'ai bien compris. Je ne te force pas à faire partie de notre groupe, mais accepte au moins de les rencontrer. Ils sont comme toi et moi et sont souvent en possession d'informations qui échappent aux Laguz et aux Beorcs.
- J'imagine que c'est plus une obligation qu'un conseil, n'est-ce pas ? nota Soren, plus sérieux que jamais.
- Prends ça comme tu veux.
Le bretteur s'apprêta à s'éloigner lorsque la voix du sage surgit de nouveau dans son dos.
- Nous, enfin...
- Les Marqués ?
Il hocha positivement la tête .
- Est-ce qu'au bout d'un certain temps, nous finissons par être capables de nous transformer en Laguz ?
- Ça m'étonne de toi d'être aussi curieux Soren, remarqua le bretteur avec amusement.
- Réponds à ma question ! lança-t-il, agacé par le comportement de Stefan.
Le guerrier eut un rire nerveux avant de se tourner vers son interlocuteur. Le visage qu'il arbora à ce moment-là surprit Soren au plus haut point. Il était rare de voir cette expression de sérieux et de fermeté intense animer le visage de l'homme aux cheveux verts.
- Les Marqués sont rejetés pour plusieurs raisons. Nous ne sommes ni véritablement Beorc, ni véritablement bête. Contrairement aux Laguz, nous nous transformons à un certain moment de notre vie. Et il est bien sûr inutile de dire que la première transformation est assez.... douloureuse. Nous ne nous changeons pas en Laguz quand nous le voulons, c'est le corps qui décide la plupart du temps. De plus nos compétences, nos capacités à manier les armes, dépassent celles des autres races.
- Je vois...
- Bien. J'imagine que tu ne verras aucun inconvénient à ce que je prenne congé à présent, n'est-ce pas ?
- Stefan ?
- Quoi ?
- Merci de m'avoir répondu avec franchise.
- Ce n'est rien. Comme nous tous tu avais le droit de savoir ce qui t'attendrait dans un futur proche.
Et sans un mot de plus, il quitta la pièce.
Lorsque Tormod pénétra dans sa cabine, il fut étonné d'y retrouver Shinon taillant ses flèches d'un air rageur. Devinant aisément que ce n'était pas vraiment le bon moment pour discuter, il s'installa dans un coin dans le but de bouquiner un peu.
- Qu'est-ce qui a été décidé ? demanda soudainement l'archer d'élite.
- Tu le sais déjà, inutile de me poser la question.
L'adulte grommela un peu et reprit son labeur.
Rhys, quant à lui, se promenait sur le pont accompagné de Sothe. Ils discutaient tous deux des récents événements lorsqu'un oiseau au plumage brun apparut dans le ciel. Surpris, les deux personnes reculèrent un peu pour laisser de la place au Laguz afin qu'il puisse se poser. Ce dernier reprit forme humaine et l'évêque le reconnut immédiatement.
- Janaff ?
- Tiens Bonjour Rhys. Bonjour à toi aussi, Sothe. Ça faisait un moment déjà qu'on ne s'était pas vus, dit le Laguz en leur souriant. Ike est ici ?
- Non, répondit le voleur. C'est Soren qui dirige notre petit groupe. Tu devrais pouvoir le trouver dans sa cabine. Elle se trouve plus loin, sur la gauche.
- D'accord, merci.
Sans plus tarder, Janaff se dirigea vers le lieu indiqué, croisant par la même occasion le bretteur du désert qui passa à côté de lui sans le voir. Le Laguz oiseau haussa les épaules, étonné, avant de toquer contre le battant de la porte de la cabine du stratège. Ce dernier vint ouvrir et demeura impassible en apercevant le faucon. Il l'incita simplement à entrer en s'effaçant.
- Alors, qu'est-ce qui t'amène ici ? s'enquit Soren.
- Notre roi Tibarn a appris récemment qu'un groupe d'aigles s'était installé dans un coin reculé de Begnion, plus précisément près du désert de Grann et il m'a demandé de vous mettre au courant.
- Votre roi savait que nous allions à Begnion ?
Soren était un peu surpris par cette nouvelle même s'il prit bien soin de ne pas le montrer.
- En effet, c'est Ike qui l'en a informé d'après ce que j'ai cru comprendre, répondit Janaff.
- Je vois.... Je te remercie de t'être déplacé pour nous transmettre cette information. A présent, j'aimerais que tu me laisses seul,  j'ai à réfléchir sur pas mal de choses.
- Bien, je vais te laisser alors.
Sur ces derniers mots, le Laguz se retira avant de tomber nez à nez avec l'archer d'élite. Ce dernier, en voyant Janaff, sentit un sourire moqueur se dessiner sur ses lèvres et il oublia momentanément que la jeune Émeline avait été enlevée.
- Alors ça... Ne serait-ce pas Janaff par hasard ?
- Tiens, ça faisait longtemps, humain, siffla-t-il.
- Alors, comment tu vas depuis le temps ? Tu ne t'es pas encore fait plumer ?
- Je ne suis pas assez bête pour ça, humain, rétorqua le Laguz, moqueur.
- Hé bien, vous vous entendez toujours aussi bien j'ai l'impression, nota Ranulf en surgissant derrière leur dos.
- Ah, bonjour Ranulf, le salua Janaff. Bon ce n'est pas que je ne veuille pas rester, mais mon roi doit m'attendre. On se reverra, humain.
Il prit sa forme animale et s'envola dans un puissant battement d'ailes, disparaissant au loin.

~°~°~

Le bateau mit encore plusieurs jours avant d'atteindre sa destination. Soren fut le premier à descendre, bientôt suivi des autres.
- Eh Soren ! s'exclama Marcia en incitant son pégase à se poser. Vous voilà enfin ! L'apôtre Sanaki commençait à craindre que vous ayez rencontré des problèmes.
- Peux-tu nous mener au palais ? Nous sommes assez pressés, déclara le sage, impassible.
Marcia fit la moue, visiblement non ravie de voir que le caractère du stratège n'avait toujours pas changé. Cependant, elle accepta de les escorter jusqu'à l'endroit désiré. Le chemin se fit sans encombres et nos amis purent enfin se présenter devant Sanaki. Cette dernière les accueillit d'une manière quelque peu solennelle avant d'entraîner Soren ainsi que Ranulf avec elle, laissant les autres en arrière.
- Soren n'a pas changé, soupira Marcia.
- Malheureusement, non. On a bien essayé de le faire sourire un peu plus, mais rien à faire, ajouta Tormod.
- Je veux bien offrir une bourse remplie d'or à celui ou celle qui parviendra à modifier son comportement, lança Nephenie avec amusement.
- C'est vrai ? s'empressa de demander le jeune mage. Dans ce cas tu peux compter sur moi ! Hé hé ! Je vais être riche !
Le hallebardier lui donna une petite tape affectueuse à l'arrière de la tête avant d'éclater d'un léger rire devant la mine outrée de Tormod. Astrid jeta un œil aux alentours, rien n'avait véritablement changé ici. La jeune femme espérait intérieurement ne pas à avoir à croiser sa famille ou son fiancé. Elle avait mûri, changé aussi et elle ne désirait pas retrouver son ancienne vie. Celle-ci lui convenait parfaitement et en plus elle avait des amis sur qui compter, alors que demander de plus ?
- A quoi penses-tu ? interrogea Sothe, manquant de la faire sursauter.
- Au passé, ne fais pas attention.
Rhys qui n'avait encore rien dit, se tourna vers l'archer d'élite.
- Ça fait longtemps que tu n'as rien dit... Quelque chose te tracasse ?
- Non, tout va bien. Pourquoi ça n'irait pas ? Hein ?! s'emporta ce dernier.
- Nous allons la retrouver.
- Quoi ?
- Émeline. Nous allons la sauver. Je suis sûr qu'elle va bien, assura-t-il avec un sourire.
Shinon le regarda avec étonnement avant d'acquiescer doucement. Il avait réussi à le rassurer. Au fond, il commençait déjà à apprécier un peu mieux l'évêque.
- Tiens... Où est Stefan ? lança soudainement Mia en cherchant l'homme aux cheveux verts du regard.
- Tiens, maintenant que tu en parles.... déclara songeusement Nephenie.
- Bah, aucune raison de s'inquiéter. Il finira bien par revenir à un moment ou à un autre, intervint Tormod.
- Peut-être..."
Bien malgré elle, l'inquiétude prit place sur son visage. Mais où était donc passé le bretteur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 14:53

Chapitre 8 : Mystères voilés

Lorsqu'elle ouvrit les paupières, elle ne vit que le noir avant de sentir qu'un bout de tissu était posé sur ses yeux, la privant ainsi de son sens de la vue. Elle tenta de bouger ses bras, mais ceux-ci semblaient fermement liés dans son dos tout comme ses jambes d'ailleurs.
" Ça ne sert à rien de t'agiter comme ça, murmura une voix proche d'elle. Tu ne parviendras ni à te lever ni à t'échapper, c'est déjà perdu d'avance.
- Qui êtes-vous ? interrogea la jeune fille, surprise de constater qu'elle n'était pas seule.
- Appelle-moi simplement Kleith.
- Kleith... répéta l'adolescente dans un chuchotement. Et tu sais où nous sommes ?
- Sans aucun doute dans la cachette des aigles, répondit ce dernier.
- Pourquoi es-tu ici ? Tu es prisonnier toi aussi ?
- On peut dire ça comme ça, oui. Enfin ça n'a pas vraiment d'importance.
- Et est-ce que tu pourrais retirer le bandeau qui recouvre mes yeux ? Ou es-tu attaché également ?
Pour seule réponse, le dénommé Kleith se leva avant d'user de ses mains pour détacher le morceau de tissu qui tomba au sol dans un bruit mat. L'adolescente cligna un peu des paupières, s'habituant tant bien que mal au peu de luminosité de la pièce et leva les yeux vers celui avec lequel elle partageait sa cellule. Elle fut surprise en découvrant qu'il s'agissait d'un jeune homme qui devait avoir tout au plus dix-huit ou vingt ans. Ses cheveux d'un superbe noir de jais retombaient un peu au-delà de ses épaules et quelques mèches folles avaient tendance à coller sur son front. Ses yeux d'une adorable couleur saphir semblaient ternes comme vidés de tout espoir et de toute vie. La jeune fille ne put s'empêcher d'être attristée en voyant cela. Le garçon était vêtu d'une simple veste bleu marine et d'un pantalon de lin beige quelque peu déchiré. Il portait des bottes de couleur brune et à sa taille pendait un fourreau vidé de son épée. Épée qu'on avait certainement dû lui retirer avant de l'enfermer ici, ça semblait évident.
- Depuis combien de temps es-tu... ?
- Depuis un temps déjà, répondit-il simplement. Dis-moi plutôt pourquoi ils ont capturé une fille comme toi.
- Je n'en ai pas la moindre idée, avoua cette dernière en baissant les yeux.
Kleith poussa un soupir avant de prendre place à ses côtés, passant distraitement une main dans ses cheveux. L'adolescente l'observa un moment avant de jeter un œil autour d'elle. Comme elle l'avait pensé, ils étaient tous deux prisonniers dans une pièce de taille assez moyenne. Les murs étaient tous d'un gris très terne et seule la fenêtre à laquelle on avait installé de solides barreaux, laissait passer les rayons du soleil. Une porte métallique leur empêchait toute fuite et une petite fente avait été aménagée dans le mur pour pouvoir faire passer un plateau de nourriture. Alors qu'ils ne s'y attendaient pas, la porte s'ouvrit soudainement, laissant apparaître un Laguz aigle. Ce dernier prit grand soin de refermer derrière lui avant de couper les liens de la jeune fille à l'aide d'un couteau. Il l'empoigna ensuite violemment par le bras avant de sortir en sa compagnie, laissant ainsi Kleith seul dans la cellule. L'adolescente se débattit pour tenter de se dégager, mais le Laguz la retenait fermement.
- Cessez un peu de vous débattre et soyez plutôt honorée que notre roi daigne vous recevoir, misérable colombe.
- Arrêtez de m'appeler comme ça ! s'emporta-t-elle.
- C'est ce que vous êtes alors taisez-vous avant qu'il ne me vienne l'idée de vous assommer.
La jeune fille consentit enfin à stopper tout mouvement, de toute manière ça ne servait strictement à rien. Le soldat aigle était bien plus fort qu'elle. Ils marchèrent encore un petit moment, traversant quelques couloirs avant de gravir quelques marches sur lesquelles avait été posé un beau tapis de couleur rouge. Le Laguz s'arrêta enfin devant une porte à la poignée étincelante et relâcha le bras de sa prisonnière. Cette dernière se massa le poignet en lui jetant un regard noir. Regard auquel le soldat ne répondit pas. Il se saisit simplement de la poignée, l'abaissa et força la jeune fille à entrer sans ménagement avant de refermer et de se retirer. L'adolescente trébucha sur le tapis et s'affala de tout son long sur le sol, maugréant contre ce maudit soldat. Elle se releva sans trop de mal et observa l'endroit où elle se trouvait. La salle était d'une taille raisonnable et des tapisseries d'or et d'argent ornaient les murs. Assis dans un trône taillé dans de l'or, Maxos l'observait, un sourire moqueur aux lèvres.
- Eh bien, que pensez-vous de votre séjour en notre compagnie ma chère colombe ?
- Je ne suis pas...
- Alors dites-moi maintenant, la coupa-t-il. Allez-vous mettre votre pouvoir à notre service ? Où devrais-je employer la force pour vous en persuader ?
Le roi des aigles quitta son siège et s'approcha lentement de la jeune fille, saisissant une mèche blonde dans l'une de ses mains tout en la fixant droit dans les yeux. Impressionnée, l'adolescente préféra baisser les yeux, mais Maxos releva son visage vers lui, lui caressant par la même occasion doucement la joue.
- Allons ma douce colombe, aidez-nous, soyez des nôtres. Vous êtes un Laguz oiseau comme nous après tout, non ?
- Non, je ne suis pas comme vous ! s'emporta-t-elle en reculant d'un pas.
Mais déjà Maxos la retenait par le bras avant de poser ses lèvres sur les siennes. La jeune fille voulut se dégager ou au moins se débattre, mais elle n'en fit rien et s'abandonna totalement au baiser. Puis, finissant par reprendre ses esprits, elle parvint enfin à reprendre le contrôle de son corps et se recula brutalement. Honteuse de n'avoir pas pu réagir plus tôt. Elle ne l'aimait pas alors pourquoi ? Pourquoi l'avait-elle donc laissé faire ? Qu'est-ce qu'il lui avait donc pris ? Déboussolée, l'adolescente voulut s'enfuir, mais Maxos l'en empêcha une nouvelle fois.
- Nous n'en avons pas encore fini très chère, allez-vous nous aider oui ou non ?
- Il en est hors de question ! s'écria-t-elle. Je ne peux pas !
- Les colombes sont si têtues... soupira le roi des aigles. Bien, dans ce cas nous emploierons la force. Je dois tout de même avouer que vous me décevez.
- Je ne vois pas en quoi. Je ne suis pas ici pour semer le chaos sur Tellius.
- Où est le problème ? Ici aussi il y a des humains, même si ce ne sont pas eux qui ont anéanti une partie de votre race, ne sont-ils pas tout de même fautifs ? Ils sont humains eux aussi. Qui vous dit qu'ils ne vous tueront pas en apprenant votre vraie nature ?
- Les Beorcs et les Laguz vivent en harmonie ici ! protesta-t-elle vivement.
- Pour le moment...
- Quoi ? Qu'est-ce que vous voulez dire ? Qu'est-ce que vous avez l'intention de faire ?
- Moi je ne ferai rien, répondit-il simplement. C'est uniquement vous qui allez faire le travail. Gardes, ramenez la colombe dans sa cellule !
Deux soldats firent leur entrée dans la salle du trône, s'emparèrent de la jeune fille et la ramenèrent sans ménagement dans sa prison.

~°~°~

- Alors ? Qu'en est-il de la situation pour le moment ? interrogea Soren avec sérieux.
- Toujours la même, répondit simplement l'apôtre. Ces étrangers se trouvent encore aux alentours de Begnion et des gens envoyés pour leur parler ont encore disparu.
- J'imagine qu'il n'y a pas d'autres solutions que d'aller voir ce qu'il en est de nous-même, n'est-ce pas ? intervint Ranulf.
- En effet, approuva Sanaki. En revanche, j'aimerais que Tanith et Marcia vous accompagnent pour cette mission, nous ne sommes jamais trop prudents.
- Bien, nous vous tiendrons donc au courant de nos découvertes, conclut le sage.
- Tout a été dit, nous allons donc à présent prendre congé de vous apôtre Sanaki, déclara le Laguz.
Sanaki les salua brièvement alors que les deux autres prenaient congé d'elle.
- Ah, te revoilà de retour Soren ! s'exclama Marcia en le voyant. Alors ?
- Nous irons à la rencontre de ces étrangers, répondit-il simplement. Soyez prêts dès demain matin à partir.
- Tiens, Stefan n'est pas avec vous ? s'étonna le Laguz en le cherchant du regard.
A cette annonce, le stratège fronça les sourcils, mais ne fit aucun commentaire. Il aurait tout le temps d'élucider ce mystère un peu plus tard. Il salua sa troupe avant de se rendre dans sa chambre en quête d'un peu de repos.
- Bien, bien, je vais faire un petit tour en ville, lança Tormod. Qui est partant pour m'accompagner.
- Moi, répondirent en chœur Nephenie et Astrid.
- Alors on est partis !
- Attendez ! Je vous accompagne ! s'exclama Marcia en les rejoignant.
Notre petit groupe disparut donc à son tour à l'angle d'un couloir. Rhys demeura un moment songeur alors que Shinon s'en allait à son tour, prétextant qu'il avait besoin d'un peu de repos. Ranulf ne tarda pas à faire de même tout comme Sothe. Ne restèrent donc plus dans le palais que Mia ainsi que l'évêque. Ils décidèrent d'ailleurs d'un commun accord d'aller faire un tour dehors, n'ayant plus rien à faire au palais.
- Eh bien, je te trouve bien silencieuse, commenta l'évêque.
- Ah, excuse-moi Rhys. J'étais plongée dans mes pensées, que disais-tu ?
Ce dernier eut un sourire amusé.
- Tu t'inquiètes pour lui, n'est-ce pas ?
- De qui parles-tu ? s'étonna la guerrière.
- As-tu vraiment besoin de poser la question ?
Pour seule réponse, elle poussa un profond soupir.
- Il disparaît comme ça et on ne sait jamais où et pourquoi. Tu ne trouves pas ça rageant ? C'est comme s'il ne nous faisait pas confiance.
- Tout le monde a ses secrets Mia, dit son interlocuteur.
- Tu en as également ? demanda-t-elle, curieuse.
- Peut-être...

~°~°~

- Te voilà enfin de retour parmi nous, il t'en aura fallu du temps.
- Je ne reste pas. Je voulais simplement vous informer de la venue prochaine de l'un des nôtres."
Et sans un mot de plus, le bretteur s'éloigna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 14:56

Chapitre 9 : Le désert de Grann

Le lendemain matin, Mia fut la première levée. Elle s'étira longuement et jeta un œil par la fenêtre. Le ciel était gris et il pleuvait averse. La jeune fille poussa un soupir. Elle n'aimait pas la pluie, ça la rendait toujours triste et maussade. Détournant son regard de la vitre, elle entreprit d'aller faire sa toilette avant de se vêtir rapidement. Elle accrocha ensuite son épée à sa ceinture, passa un coup de peigne dans ses cheveux mauves et s'apprêta à sortir lorsqu'elle tomba nez à nez avec Stefan. Mia sursauta sous l'effet de surprise.
" Qu'est-ce que tu fais là ? demanda la guerrière, peut-être un peu trop abruptement.
Le bretteur ne se laissa pas distraire par le ton employé et répondit d'une voix calme.
- Je venais voir comment tu allais et si tu désirais t'entraîner un peu avec moi avant le départ.
- Où étais-tu hier ? Tu es encore parti sans rien dire.
- Ça n'a pas d'importance, lui assura-t-il.
- Ça en a pour moi ! J'en ai plus que marre de te voir t'en aller sans savoir pourquoi, j'en ai marre de tous ces secrets ! Alors maintenant dis-moi qui tu es réellement, s'il te plaît.
- Mia...
C'était bien la première fois qu'il voyait la jeune fille craquer ainsi, elle qui semblait toujours souriante.
- Un problème ? interrogea Rhys en surgissant derrière eux.
- Non, tout va bien, répondit le guerrier.
Mais la tension qui semblait régner entre eux deux, démentait ses propos. L'évêque feignit de ne pas l'avoir remarquée et s'adressa à Mia :
- Tu devrais peut-être aller prendre ton petit déjeuner, non ? Tormod, Astrid et Nephenie sont déjà dans la salle à manger.
L'adolescente acquiesça doucement, bouscula Stefan au passage, avant de s'éloigner.
- Tu comptes réellement nous laisser dans le noir encore longtemps ? demanda Rhys, le visage plus sérieux que jamais.
L'homme aux cheveux verts fronça les sourcils.
- Ça ne me pose pas vraiment de problèmes, je l'avoue. Ce sont tes secrets et je respecte ton choix de ne vouloir rien dire là-dessus. Mais Mia veut essayer d'en savoir davantage sur toi, elle veut apprendre à te connaître, elle veut pouvoir te faire pleinement confiance. Tu peux bien essayer de lui parler un peu, non ?
- Rhys, l'interrompit le bretteur. Je sais bien que tu apprécies beaucoup Mia ainsi que tous les autres, mais je n'ai pas la moindre intention de me révéler davantage. Non seulement c'est mieux pour vous et pour elle, mais ça l'est également pour moi.
Et sur ces dernières paroles énigmatiques, le guerrier s'éloigna sous l’œil insistant du prêtre.
- Eh bien, tu en fais une tête ! nota Shinon avec une voix empreinte d'ironie.
- Ah, Shinon, déclara l'évêque en se tournant vers l'archer d'élite. Tu viens avec moi manger un morceau ?
- Non, je vais m'entraîner un peu.
Puis sans en dire davantage, l'archer d'élite s'éloigna alors que Rhys rejoignait les autres dans la salle à manger. Nephenie et Astrid le saluèrent d'un léger sourire alors que Mia mangeait quelques tartines, l'esprit ailleurs. Soren fit également son entrée peu après avant de prendre place à table en silence, songeur. Le petit déjeuner fut prit dans un silence de plomb, pas un ne parla. Puis finalement, ils se rejoignirent tous devant le palais. Tanith descendit de son pégase avant d'aller saluer le stratège. Tous deux discutèrent un moment avant que Soren ne se tourne de nouveau vers le petit groupe de mercenaires.
- J'espère que vous vous êtes bien préparés car nous partons dès maintenant.
Tous opinèrent du chef et notre petite troupe se mit en route, les deux chevaliers pégases partant en éclaireurs. Ils parcoururent ainsi une bonne distance, ne rencontrant aucun bandit ou truand sur la route. Tout était calme, peut-être même un peu trop d'ailleurs.
- Vous ne voyez toujours aucun danger à l'horizon ? lança Astrid à l'adresse de Marcia.
- Non, répondit cette dernière en se posant au sol. C'est assez étrange je dois l'admettre. Il y a toujours quelques bandits qui se terrent ici pourtant d'habitude.
- Soyons sur nos gardes alors, recommanda Nephenie.
Tormod qui marchait à côté de Sothe ainsi que de Ranulf, se tourna vers eux tout en jetant un bref coup d’œil au bretteur et à Mia qui ne semblaient échanger aucune parole.
- Mais qu'est-ce qu'ils ont tous les deux ?
- Si tu veux mon avis, commença le Laguz. Ils ont dû se disputer.
Le voleur, pas plus intéressé que ça par la conversation, alla rejoindre le sage en tête du groupe.
- Mia a l'air bien maussade aussi, poursuivit Tormod. Le sourire lui va mieux.
Ranulf posa une main sur l'épaule du mage avant de lui sourire.
- Bah t'en fais pas va. Tout ça finira bien par s'arranger.
Puis, sans un mot, ils reprirent le chemin tout en jetant de temps à autres des regards dans tous les coins, histoire de ne pas se faire surprendre. Il fut ensuite décidé d'établir le camp quand le ciel commença peu à peu s'obscurcir. On installa les tentes et Soren fut assigné au premier tour de garde. Le stratège ne se fit pas prier et prit place auprès du feu, jetant de temps en temps des sorts de vent pour attiser les flammes. Il laissa ensuite tomber sa tête dans la paume de sa main, réfléchissant aux divers événements, cherchant ainsi à trouver des réponses. Mais il fallait avouer qu'il nageait vraiment dans le brouillard, rien n'était clair, tout demeurait flou. Sans qu'il ne s'en rende vraiment compte, un soupir de lassitude s'échappa de ses lèvres. Dès demain soir, ils seraient sûrement arrivés à destination, qui rencontreraient-ils là-bas ?
- Encore en train de réfléchir, constata le bretteur du désert en s'approchant.
- Que me veux-tu cette fois-ci ?
- Tu m'as bien dit dernièrement que tu étais prêt à te rendre au désert de Grann pour trouver des réponses, non ?
- Où veux-tu en venir ? interrogea-t-il en fronçant les sourcils.
- Pourquoi ne pas y aller dès aujourd'hui ? Nous ne sommes pas très loin du repère des Marqués, Soren.
- Nous irons en effet, mais après avoir effectué la mission confiée par l'apôtre Sanaki.
- Aurais-tu peur de les rencontrer ? questionna le bretteur, moqueur.
Pour unique réponse, le sage lui lança un regard noir qui fit sourire l'homme aux cheveux verts.
- Alors ? insista ce dernier.
Le stratège se leva, jeta un léger coup d’œil au feu puis aux tentes closes, avant de reporter son attention sur Stefan. Il n'arrivait pas à lui faire confiance, mais qu'avait-il à perdre ? Au pire, il risquait de tomber dans un traquenard, mais Soren ne pensait pas que le bretteur puisse le piéger ainsi, il semblait bien trop sérieux quand il parlait de ces autres Marqués.
- Allons-y, se contenta-t-il de répondre.

~°~°~

- Tu devrais dormir, conseilla Kleith, adossé contre l'un des murs de la prison.
- Il doit bien y avoir un moyen pour sortir d'ici ! s'entêta Émeline en cherchant un quelconque mécanisme secret.
- Tu perds ton temps, lui assura-t-il.
- Il est hors de question qu'ils se servent de moi pour semer le chaos sur ce continent ! s'écria-t-elle en se retournant vers lui, des larmes ruisselant doucement sur ses joues.
Kleith poussa un soupir, cette fille l'émouvait plus que de raison. Se relevant lentement, il s'avança vers elle avant de la prendre dans ses bras. Émeline demeura un moment surprise de ce geste inattendu de la part de ce garçon, mais se laissa finalement aller à cette étreinte. Ils restèrent ainsi pendant plusieurs minutes avant qu'il ne finisse par la relâcher. La jeune fille sécha ses larmes, puis sourit légèrement.
- Merci...
- Pas de quoi, répondit son interlocuteur avant de reprendre sa position initiale.

~°~°~

Il faisait un froid glacial et le vent soufflait avec force, soulevant la cape du sage. Du sable commença peu à peu à se répandre dans l'air, leur piquant les yeux et réduisant par la même occasion leur visibilité.
- On arrive bientôt ? grogna Soren.
- De quoi tu te plains ? lâcha Stefan. Toi tu marches sur le sable comme si tu marchais sur du sol correct, ce qui n'est pas mon cas.
- Peut-être, mais ça ne m'empêche pas pour autant de me prendre du sable plein la figure. Et pourquoi faut-il qu'il fasse toujours aussi froid la nuit, dans les déserts ?
Le bretteur eût un léger sourire, le stratège avait vraiment sale caractère.
- Nous y sommes bientôt, sois donc un peu patient.
Patient, patient ! Il lui en demandait de bonnes ! Comment vouliez-vous être calme quand du sable vous fouettait le visage ou vous aveuglait presque en s'infiltrant dans vos yeux ? Soren n'était pas souvent du genre à se plaindre, c'est vrai. Mais cette fois-ci c'était vraiment la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Il garda néanmoins le peu de calme qu'il lui restait, et ils poursuivirent leur chemin dans un silence complet. Stefan s'arrêta enfin devant une immense dune de sable, Soren ne tarda pas à en faire de même, lançant un regard quelque peu interrogateur à l'homme aux cheveux verts.
- Nous arrivons, l'informa-t-il.
Il franchirent donc la dune avant de tomber nez à nez avec une petite forteresse construite à l'aide de pierres grises inégales. Devant la petite porte d'acier qui faisait office d'entrée, deux hommes montaient la garde, le visage impassible. Stefan se dirigea vers l'un d'eux et entama la discussion. Soren vit l'homme hocher plusieurs fois la tête avant d'ouvrir la porte qui grinça un peu sur ses gonds. Le bretteur du désert invita ensuite le stratège à le suivre et ils pénétrèrent tous deux à l'intérieur de la forteresse. Le jeune homme aux cheveux noirs de jais jeta un œil autour de lui. Ils se trouvaient tous deux présentement devant un long couloir aux murs sombres et plusieurs ouvertures étaient présentes, creusées à même la pierre.
- Stefan ! s'écria une voix aigüe.
Une adolescente de quatorze ans, aux longs cheveux sable et aux yeux saphirs se précipita vers eux avant de se jeter sur le bretteur, le faisant tomber au sol.
- Pourquoi est-ce que tu n'es pas venu me voir quand tu es passé, hein ? bouda-t-elle.
- Heu... Ely, tu pourrais descendre maintenant ?
- Ah, oui bien sûr ! assura la dénommée Ely en se relevant.
Soren les observa tous deux avec étonnement, visiblement surpris de voir que cette fille, Marquée qu'elle était, possédait toujours cette joie de vivre propre à l'enfance. Chose qu'il n'avait plus depuis longtemps d'ailleurs.
- Mais au fait Stefan, qui est-ce ? interrogea l'adolescente en pointant le sage du doigt. C'est un Marqué lui aussi ? Il a l'air triste... Personne ne devrait être triste.
- Ely je te présente Soren, c'est un de mes amis si l'on puis dire et en effet c'est un Marqué. Soren, voici Ely.
- Enchantée de faire votre connaissance ! s'exclama la jeune fille en souriant au stratège.
- Ely, est-ce que ton frère est rentré ? Nous avons quelques questions à lui poser.
L'adolescente fit mine de réfléchir.
- Moui, il doit être dans son bureau je pense. Mais il est de mauvaise humeur. Bien qu'à y bien penser, grand-frère est toujours de mauvaise humeur, acheva-t-elle dans un sourire.
Stefan la remercia avant de tirer Soren par le bras, se rendant tout au fond du couloir. Ils firent ainsi tous deux face à une porte d'acier où figurait un étrange symbole en forme de triangle. Le stratège eût dans l'idée de demander au bretteur ce que ce symbole représentait, mais ce dernier avait déjà frappé. Une voix grave lui répondit, invitant nos deux amis à entrer, ce qu'ils firent.
- Vous voilà enfin."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 15:00

Chapitre 10 : L'entrée en scène des Marqués

L'homme qu'ils avaient en face d'eux devait avoir une bonne vingtaine d'années tout au plus, aux alentours de vingt-cinq ans. Son visage semblait fermé et durci. Ses cheveux d'un brun foncé, retombaient légèrement au-delà de ses épaules et ses grands yeux charbon fixaient les deux compères avec insistance. On pouvait également noter sur son front, la présence d'une tache rouge sang, symbole de son appartenance à ceux que l'on appelait Marqués. Il portait un ensemble assez modeste : un haut blanc dans lequel avait été brodé le triangle qu'ils avaient vu sur la porte ainsi qu'un pantalon de lin noir. Soren quitta le grand-frère d'Ely des yeux pour porter son attention sur la pièce dans son ensemble. Il n'y avait rien de spécial si ce n'est le tas de parchemins et de cartes qui trainait sur une table basse un peu plus loin.
" Alors c'est de lui dont tu me parlais, Stefan ? interrogea l'homme en fixant le sage avec impassibilité.
- En effet, approuva le bretteur. Comment va Kleith ? Je ne l'ai pas vu dernièrement.
- Il a été enlevé, répondit simplement son interlocuteur. Depuis un bon moment déjà.
- Et vous n'avez pas cherché à le retrouver ? s'étonna l'homme aux cheveux verts.
- Me prends-tu donc pour un incapable ?! s'emporta Marwin, tapant du poing le bureau devant lui.
Pour seule réponse, un sourire s'esquissa sur les lèvres du bretteur alors que Soren suivait l'échange en silence.
- Du calme, voyons. Vous devriez écouter votre sœur de temps en temps, poursuivit Stefan.
- Ah, je devrais cesser de m'énerver contre toi. Tu es parfois insupportable, mais tu as bon fond, grommela Marwin en recouvrant son calme. Bien, mais passons à des choses plus sérieuses que cela. Il me semble que ton ami voulait m'interroger, non ?
- Oui, approuva-t-il.
- Bien sûr, comme tu le sais, ça ne sera pas gratuit.
- Qu'est-ce que ça veut dire ? grogna le stratège à l'adresse de Stefan.
- Allons, allons Soren, déclara le bretteur du désert. Ça ne sera que provisoire, ensuite tu seras de nouveau libre.
- Comment ça ? questionna-t-il en fronçant les sourcils, une lueur de reproche cachée dans le fond de ses prunelles sombres.
Marwin les incita tous deux à s'asseoir avant de faire de même, il fixa ensuite le stratège avec sérieux avant de commencer d'une voix grave :
- Les Marqués ont un code à respecter, on ne peut pas aller contre. Alors en échange d'informations, tu devras faire partie des nôtres pendant un petit moment et exécuter une mission, expliqua-t-il. C'est à ta portée, non ?
- Il est hors de question que je fasse partie de votre groupe ! protesta vivement Soren.
- C'est la meilleure façon pour en apprendre davantage, réfléchis-y bien, conseilla Stefan en lui jetant un regard en coin. Tu n'as rien à perdre et tout à y gagner. Et puis qui sait ? Peut-être finiras-tu par te plaire parmi nous et que tu voudras rester définitivement ?
- Ne rêve pas éveillé !
Le stratège grommela, il l'avait bien eu. Certes il ne voulait pas rentrer dans cette " organisation " ou " je ne sais quoi " qu'était les Marqués, mais s'il pouvait en apprendre plus, n'était-ce pas là une chance à saisir ? Et puis ce ne serait que provisoire, ensuite il pourrait les quitter après avoir fait cette fichue mission qui... Qui consistait en quoi au fait ?
- Alors ? demanda Marwin.
- Si j'accepte ces conditions, en quoi consistera ma mission ?
- Je pensais que tu aurais deviné. Tu m'as l'air pourtant bien perspicace, non ? Il s'agira de retrouver Kleith, répondit simplement son interlocuteur.
- C'est un Marqué lui aussi ?
- Est-il vraiment nécessaire de poser la question ? Alors, acceptez-vous ces conditions ?
Soren poussa un soupir avant de hocher positivement la tête. Marwin eût un sourire satisfait et se laissa aller dans son fauteuil.
- Bien, alors je t'écoute.
- Êtes-vous au courant que des étrangers à Tellius sont apparus il y a peu dans l'Empire de Begnion ?
- En effet, approuva son interlocuteur. J'ai envoyé deux de mes hommes à leur rencontre il y a peu. D'après les informations qu'ils nous ont fait parvenir, il s'agit de Laguz accompagnés de Beorcs. Nous n'en savons pas davantage pour le moment.
Le stratège fronça les sourcils.
- Les soldats qu'a envoyé l'apôtre Sanaki ne sont pas revenus alors comment vos hommes ont-ils pu...
- Les Marqués sont des gens discrets, l'interrompit son interlocuteur. Même un Laguz avec un très bon odorat aurait du mal à repérer ceux que je leur ai envoyé.
- J'aurais une autre question, poursuivit le sage. Ce symbole que vous avez sur votre haut et qui figure sur la porte d'entrée, que représente-t-il ?
- Il commence à se faire tard, je crois qu'il vaudrait mieux que tu ramènes Soren au camp Stefan, avant que les autres ne se doutent de quelque chose, déclara Marwin en se tournant vers le bretteur.
- Vous n'avez pas répondu à ma question ! protesta vivement le sage.
- Bien, approuva calmement l'homme aux cheveux verts en se levant.
Il attrapa le stratège par le bras, le forçant à se lever, avant de le tirer hors de la pièce sous les protestations de ce dernier. Une fois dans le couloir, Stefan le relâcha alors qu'Ely venait à leur rencontre.
- Alors ? Ça s'est bien passé ? interrogea-t-elle, curieuse.
- Plutôt bien oui, répondit le bretteur. Soren nous a même rejoint pour un petit moment, n'est-ce pas formidable ?
- C'est génial tu veux dire ! s'exclama Ely, un immense sourire aux lèvres. On va même peut-être pouvoir travailler ensemble pour notre mission.
- Comment ça ? grogna le stratège, peu enclin à collaborer avec cette jeune fille qu'il jugeait trop dynamique
- Ah ? Marwin ne t'a pas dit ? Souvent les missions données se font à deux pour faciliter un peu la tâche.
- Stefan, je te jure que dès que j'en aurais fini avec tout ça je te ferai payer !
- Je n'en doute pas, lâcha le bretteur, moqueur. Ely, nous allons devoir prendre congé ou ceux qui nous accompagnent risquent de se poser des questions. Surtout que Soren était censé être de garde, je préfère ne même pas imaginer leur réaction s'ils se sont faits attaquer.
La jeune fille approuva d'un hochement positif, signe qu'elle comprenait parfaitement. Le sage et l'homme aux cheveux verts sortirent donc du repaire des Marqués, déjà prêts à retraverser le désert de Grann.

~°~°~

- Bon sang ! Ils sont trop nombreux ! lança Mia en parant un coup d'estoc d'extrême justesse.
- Mais où est passé le jeune stratège ? grommela Shinon en encochant une énième flèche. Cet imbécile n'était pas censé être de garde ?
- C'est pas le moment de vous plaindre, faites plutôt attention au combat, conseilla Nephenie en se débarrassant d'un Laguz au plumage doré à l'aide de sa lance.
- Mais qui sont-ils enfin ? lança Astrid, excédée, tout en empêchant sa monture de se cabrer.
- Je n'en sais rien, répondit Rhys. Mais ils ne m'ont pas l'air amicaux.
- Attention Astrid ! s'écria Tormod en usant d'un sort de foudre pour empêcher l'oiseau de fondre sur son amie.
La jeune femme brune le remercia d'un sourire avant d'encocher une flèche, prête cette fois-ci à abattre le prochain Laguz qui s'approcherait un peu trop. Sothe fondit sur l'un des Beorcs avec une rapidité fulgurante, lui tranchant la carotide avant de s'emparer des trésors qu'il devait garder jalousement de son vivant. Ranulf se débarrassa de deux ou trois Beorcs à son tour avant de se rapprocher de l'évêque pour être soigné.
- Mais qui sont-ils donc ? Ils ont une force hors du commun et en plus des Laguz qui nous sont inconnus sont avec eux.
- Baisse toi Rhys ! ordonna Astrid en tirant une flèche qui alla se planter dans l'une des ailes de l'oiseau qui s'apprêtait à attaquer l'évêque.
La jeune fille aux cheveux mauves recula un peu jusqu'à être au niveau du conseiller du roi de Gallia.
- A ce rythme là on ne va pas pouvoir tenir longtemps. Ils sont beaucoup trop nombreux. Il faut entamer une retraite !
- Je voudrais bien Mia, mais nous sommes encerclés.
- Dans ce cas nous allons ouvrir une brèche à l'est. Dites à Shinon de me couvrir, je vais tenter une percée.
- Mia, c'est trop dangereux ! protesta Ranulf.
- C'est la seule solution, assura-t-elle, déterminée.
Le Laguz dut s'avouer vaincu et la guerrière s'élança vers l'ennemi, éliminant le premier adversaire qui venait à sa rencontre à l'aide d'un coup d'estoc. Elle poursuivit son avancée, usant de son épée avec agilité et précision. L'archer d'élite resté à l'arrière, la couvrait du mieux possible à l'aide de ses flèches, mais la tâche se révéla plus ardue que prévue et Mia fut blessée à l'épaule par un javelot ennemi. Elle étouffa tant bien que mal un gémissement de douleur avant de repartir à l'assaut. Peu rassuré, Ranulf voulut aller l'aider, mais déjà deux adversaires étaient sur lui, l'empêchant de la rejoindre.
- Tormod, Astrid, Nephenie, Rhys ! Essayez de maintenir votre position, je vais tenter d'aider Mia, les informa le voleur.
Ils approuvèrent tous alors que Sothe se dirigeait déjà vers la jeune fille aux cheveux mauves. Mais c'était sans compter les deux Laguz au plumage d'or qui vinrent soudainement lui barrer le passage. Le voleur jura avant d'essayer de les contourner, peine perdue.
- Si vous voulez mon avis, on est en mauvaise posture, commenta le mage en usant d'un autre sort de foudre. Si je meurs ici, j'aimerais vous dire que je vous ai toujours apprécié les amis.
- Personne ne mourra ici ! s'exclama Nephenie en tuant deux autres Beorcs ennemis avant de se faire érafler le bras par une lame adverse.
Alors que tout allait de mal en pis, un Laguz panthère noire ainsi qu'un Laguz tigre vert firent leur apparition, poussèrent un rugissement, et se ruèrent dans la bataille. Se battant comme deux beaux diables, ils forcèrent rapidement le camp adverse à reculer sous les yeux stupéfaits de nos amis. Puis, le chef ennemi, voyant qu'ils étaient en train de perdre l'avantage, ordonna à ses troupes de se replier. Mia poussa un soupir de soulagement avant de se laisser choir à genoux, une main sur sa blessure de laquelle s'écoulait pas mal de sang. L'évêque se précipita immédiatement vers elle et la soigna à l'aide de son bâton.
- Merci Rhys, lâcha-t-elle avec un faible sourire.
Le Laguz tigre fut le premier à reprendre sa forme humaine et Tormod se précipita vers lui avant de le serrer de toutes ses forces.
- Muarim ! s'exclama le mage, heureux de retrouver enfin son ami.
- Moi aussi je suis content de te revoir bonhomme, assura-t-il en posant une main sur la tête du garçon, un sourire aux lèvres.
Ranulf reprit également sa forme initiale et s'avança vers le Laguz panthère noire, le toisant avec curiosité. Muarim délaissa un peu Tormod avant de s'adresser au conseiller du roi Caineghis :
- Elle s'appelle Yuko. J'ai fait sa rencontre en chemin, elle était blessée alors je lui ai proposé mon aide.
- Elle ne reprend pas sa forme humaine ? s'étonna son interlocuteur.
- Elle ne peut pas, répondit simplement Muarim.
- Comment ça ?
- Ne me pose pas la question. Elle n'a rien voulu me dire à ce propos. En tout cas vous avez eu de la chance que nous soyons passés par là sinon je crois bien que vous ne seriez plus de ce monde.
- Vous saviez ce qu'étaient ces drôles de Laguz dorés ? interrogea Sothe, s’immisçant dans la conversation.
- Aucune idée, répondit Muarim. C'était bien la première fois que j'en voyais. Cela dit, vous feriez mieux de rebrousser chemin. C'est devenu dangereux par ici.
- Nous ne pouvons pas, contesta Astrid. C'est une mission confiée par l'apôtre Sanaki.
Au même moment, Soren et Stefan qui étaient enfin sortis du désert, rejoignirent le petit groupe.
- Je crois bien qu'ils ont été attaqués, nota le bretteur avec ironie.
L'archer d'élite, de très mauvaise humeur, s'approcha du stratège avant de le saisir par le col.
- Où t'étais encore passé abruti ? C'était ton tour de garde je te signale ! A cause de toi on s'est faits attaqués par surprise et si Muarim et Yuko n'étaient pas intervenus nous serions morts !
- C'est bon, tu as fini ? Tu peux me lâcher maintenant ? déclara-t-il d'une voix calme.
- Franchement il y a des fois ou tu me donnes envie de te frapper ! Tu es en train de devenir aussi insupportable que Ike !
- Arrête de dire du mal de Ike ! C'est quelqu'un de respectable ! protesta le sage en lui lançant un regard mauvais.
Les deux s'affrontèrent du regard avant que Nephenie n'intervienne pour les empêcher de s'entre-tuer. De son côté, Stefan se faisait sévèrement remonter les bretelles par une Mia plus énervée que jamais.
- Non, mais t'es vraiment inconscient ! Partir comme ça sans nous prévenir ! Et quand on s'est faits attaqués tu n'étais pas là ! Qu'aurais-tu fait si tu nous avais retrouvé mort, hein ? Réponds-moi !
- Mia....
- Réponds-moi ! Arrête de te taire sans arrêt ! J'en peux plus ! J'en peux plus de tous... ces secrets... Je...
Épuisée autant physiquement que moralement, elle fondit en larmes. Sans un mot, Stefan s'approcha d'elle avant de la serrer dans ses bras.
- Pardonne-moi... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
Sheezune

avatar

Fe préféré ? : Path of Radiance et Radiant Dawn
Messages : 136
Age : 27

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Jeu 19 Mai - 15:01

C'est tout pour aujourd'hui, je posterai la suite dans les jours à venir.:D Bonne lecture à ceux qui n'avaient jamais lu cette fic et bonne relecture aux autres ! Enjoy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foyerdesheezune.canalblog.com/
floemblem

avatar

Messages : 115
Age : 92

MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   Ven 15 Juil - 12:48

Je relis petit à petit les chapitres... Et c'est un vrai plaisir de se replonger dans Tellius. x3 Ça me donnerait presque envie de relancer un des jeux...!

Quelque chose que j'avais beaucoup aimé (et que j'aime toujours autant) dans ta fiction, c'était la relation SorenxStefan, et un peu Sorenxtout le monde. C'est un personnage de base hyper intéressant, qui aurait mérité encore plus de développement selon moi. Et avec ta fiction, son potentiel est pleinement exploité, notamment donc dans sa "socialisation" difficile avec ses compagnons...

Et je worship totalement l'amitié NepheniexAstrid (et AstridxMarcia aussi un peu d'ailleurs x)). x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.firemblemcfe-forum.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fanfiction : Les ailes du chaos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fanfiction : Les ailes du chaos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OG VS Bretonnie VS Guerriers du chaos [3000]
» [Vente] Space marines du Chaos
» Homme-lézard vs guerrier du chaos
» Liste d'armée de tempête du chaos "armée du middenland&
» [Neutre] Le Convent du Chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire-Emblem-Games :: Jeux Fire Emblem :: Taverne des habitués-
Sauter vers: